Gap, André, Camaïeu, Célio... Tout le secteur de l'habillement en crise

Publié le par angeline351

Gap, André, Camaïeu, Célio... Tout le secteur de l'habillement en crise

Le coronavirus a accéléré la descente aux enfers de nombreuses enseignes de l'habillement, qui n'ont pas su rebondir au déconfinement.

Gap a annoncé en visio-conférence à ses salariés mardi 20 octobre qu'il comptait quitter l'Europe : 22 magasins en France et 500 salariés. C'est la démonstration des difficultés du secteur de l'habillement plus globalement. Et malheureusement, les exemples ne manquent pas.

Depuis quelques mois, les enseignes de l'habillement annoncent des redressements judiciaires, des changements d'actionnaires, des procédures de sauvegarde... Camaïeu, La Halle, André, Un Jour Ailleurs, Célio, Orchestra, Naf Naf, Absorba... Maintenant Gap. Des noms qui font partie de notre quotidien de consommateurs et qui baissent le rideau. 650 boutiques ont fermé depuis le début de l'année. Le secteur qui emploie 180.000 salariés dans le pays a perdu 4.000 emplois.

Ce sont des marques qui étaient fragiles, malades, qui croulaient souvent sous une dette abyssale. Le confinement - qui est le symptôme de la crise pour ces magasins - les a achevés.

Les clients vont moins dans les magasins
On met beaucoup moins les pieds dans les magasins. Les gestes barrières pénalisent beaucoup ce type d'enseignes. Au moment du déconfinement, les magasins de vêtements faisaient partie des rares commerces de proximité qui n'avaient pas vraiment rebondi. 

On passe en moyenne 1/4 d'heure dans une boutique d'habillement. Faire la queue sur le trottoir, essayer en cabine, flâner dans les rayons, c'est devenu compliqué : le lèche-vitrine, c'est difficile avec un masque. Résultat : une fréquentation en chute libre : 17% de clients en moins depuis le début de l'année... 24,4% d'activité en moins dans les magasins de centres commerciaux selon l'Alliance du Commerce. Et une baisse de 7% encore des ventes en septembre par rapport à l'année dernière.

Il y a aussi un changement de comportement du consommateur. En fait, le virus sommeille dans le secteur de l'habillement depuis 2013 et l'effondrement du Rana Plaza, ce bâtiment de neuf étages au Bangladesh où 1.138 ouvriers qui travaillaient pour toutes les grandes marques mondiales de prêt-à-porter sont morts. Les consommateurs des pays développés ont pris conscience de ce que signifiait leur frénésie de consommation de vêtements à petits prix.

L'habillement est devenu le symbole de ce que la mondialisation produisait de pire. Des morts à l'autre bout du monde pour alimenter notre superflu.

Les vêtements d'occasion ont le vent en poupe
Mais les comportements ont-ils réellement changé du côté des consommateurs ? Le coronavirus a, une nouvelle fois, accéléré la mutation. Il y a quelques semaines, le Prix des Pros a récompensé un jeune homme, Davy Dao, qui fabrique, dans les Vosges, des jeans avec du lin cultivé dans le Nord... Une petite production locale qui en dit long sur l'envie de rapprocher la production de vêtements de nous.

Puis surtout, on achète moins de vêtements et ils ont plusieurs vies. Le site Vinted qui propose des achats entre particuliers de produits d'occasion est devenu, en août, le 3e site de e-commerce en France. Tous les acteurs de la grande distribution se mettent à la vente de produits d'occasion : Leclerc, Carrefour, Auchan, Système U, Ikea. Les achats de produits de luxe d'occasion devraient être multipliés par 2 dans les 5 ans qui viennent.

On ne parle pas que d'une mode de bobos... Il y a évidemment encore des gens qui recherchent des petits prix mais les habitudes changent. On peut trouver des petits prix dans des produits d'occasion qui évitent de surconsommer. C'est vertueux mais ça va clairement à l'encontre de tout le modèle économique des magasins d'habillement.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article