Tickets-restaurant : de plus en plus de restaurateurs les refusent

Publié le par angeline351

Tickets-restaurant : de plus en plus de restaurateurs les refusent

Les restaurateurs sont de plus en plus nombreux à refuser le paiement par tickets-restaurant, selon une enquête menée par Le Figaro. En cause, une commission trop importante prélevée par les sociétés émettrices.

Les commissions trop fortes contraignent les restaurateurs à refuser les « tickets-resto »
Vous étiez plus que ravi d'obtenir des tickets restaurants dans votre nouveau travail, ou bien cela fait longtemps que vous faites partis des 4 millions de salariés qui en France, bénéficient de tickets-restaurants ? L'enquête menée par le Figaro vous fera rapidement déchanter, puisqu'elle met en évidence, que de plus en plus de restaurateurs refusent les paiements par titres-restaurant.

Ainsi, les restaurateurs qui refusent ce genre de paiement, mettent en cause les commissions prélevées à chaque transaction, par les sociétés émettrices de tickets-restaurant. Selon les restaurateurs, ces commissions seraient parfois dix fois plus élevées que pour les paiements en carte bancaire. Les commissions pour le paiement en carte bancaire est généralement de 0,4%.

Les quatre sociétés émettrices en France, sont Sodexo, Natixis Intertitre, Endenred et UP. Chacune d'entre elles, pratique ses propres tarifs de commissions. Par exemple, Sodexo propose différentes grilles de commissions en fonction du délai de remboursement. De 4 à 4,99% de commission pour un remboursement entre trois et cinq jours et entre 1,55% et 2,05% sous 21 jours.

Les restaurateurs appellent au boycott des titres-restaurants
Face à ces tarifs élevés, de nombreux restaurateurs appellent au boycott des titres-restaurants. Xavier Denamur propriétaire d'un restaurant dans le IVe arrondissement de Paris, Les philosophes, appelait en juin 2019 dans une vidéo Facebook à un total boycott des tickets-restaurants : « Je dis à tous les restaurateurs : 'prévenez vos clients que vous arrêtez de prendre ces cartes'. Faisons en sorte qu'on nous prenne 2%, et pas 4 ou 5 ou plus ! ».

Face à cette levée de boucliers, les sociétés émettrices ont également réagi. Didier Zoubeïdi, directeur des réseaux de partenaires marchands chez Edenred France répondait, au Figaro : « Cela ne leur pose aucun problème de donner 30% à Deliveroo et Uber Eats ou 50% pour une promo Groupon, mais ils ne comprennent pas nos 4,2%.»

Si les restaurateurs commencent à réagir, c'est aussi parce que la crise sanitaire ne les a pas épargnée. Les recettes ont été fortement impactées par les fermetures administratives du confinement et le coût des commissions des tickets restaurants n'arrange en rien.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article