SALARIÉS CAS CONTACTS COVID-19 : RÉDUCTION DE LA PÉRIODE D’ISOLEMENT À SEPT JOURS !

Publié le par angeline351

SALARIÉS CAS CONTACTS COVID-19 : RÉDUCTION DE LA PÉRIODE D’ISOLEMENT À SEPT JOURS !

Le 17 septembre 2020, le Ministère du Travail a mis à jour le Protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de Covid-19 [1].
Sur les nouvelles obligations liées au Protocole national, nous vous invitons à lire ou relire notre article « Masques en entreprise : quelles sont les obligations des employeurs et des salariés à compter du 1er septembre 2020 ? ».
La mise à jour du Protocole nationale intervenue le 17 septembre 2020 réduit la période d’isolement des cas-contacts à sept jours.

 

1) Que faire si un salarié de l’entreprise est dépisté positif à la Covid-19 ?
Dans son questions-réponses, le Ministère du Travail recommande, dans le cas où un personnel de l’entreprise est testé positif à la Covid-19, de renvoyer le personnel contaminé à son domicile et de lui demander d’appeler son médecin traitant [2].

L’employeur devra alors informer les autres membres du personnel d’un cas possible d’infection afin qu’ils soient vigilants à l’apparition d’éventuels symptômes et restent à domicile le cas échéant.

2) Que faire si un salarié de l’entreprise a des symptômes de la Covid-19 sans avoir encore été testé positif ?
Le Protocole national prévoit une procédure précise en cas de personne symptomatique dans l’entreprise, reposant sur l’isolement, la protection et la recherche de signes de gravité.

En effet, il convient de

« 1 - Isoler la personne symptomatique dans une pièce dédiée et aérée en appliquant immédiatement les gestes barrière, garder une distance raisonnable avec elle (au moins 1 mètre) avec port d’un masque chirurgical ;
2 - Mobiliser le professionnel de santé dédié de l’établissement, un sauveteur/secouriste du travail formé au risque Covid ou le référent Covid, selon l’organisation locale. Lui fournir un masque avant son intervention ;
3 - En l’absence de signe de gravité, contacter le médecin du travail ou demander à la personne de contacter son médecin traitant pour avis médical. Si confirmation d’absence de signes de gravité, organiser son retour à domicile en évitant les transports en commun (…) ».

Il s’agit là de la première phase, concernant la personne symptomatique elle-même.

Elle sera suivie par une seconde phase concernant cette fois ses « contacts rapprochés » ou « cas-contacts ».

3) L’isolement des cas-contacts est réduit à sept jours.
3.1) Définition du cas-contact.

Selon l’Agence nationale de santé publique [3], le « contact à risque » ou « cas-contact » regroupe

« toute personne :
- Ayant partagé le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable ;
- Ayant eu un contact direct avec un cas, en face à face, à moins d’1 mètre, quelle que soit la durée (ex. conversation, repas, flirt, accolades, embrassades).

En revanche, des personnes croisées dans l’espace public de manière fugace ne sont pas considérées comme des personnes-contacts à risque :
- Ayant prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins ;
- Ayant partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel…) pendant au moins 15 minutes avec un cas ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement ;
- Etant élève ou enseignant de la même classe scolaire (maternelle, primaire, secondaire, groupe de travaux dirigés à l’université ».

3.2) La réduction de la période d’isolement des cas-contacts.

Dans son titre V intitulé « Le protocole de prise en charge d’une personne symptomatique et de ses contacts rapprochés » (p. 13), le protocole national précise qu’il convient, « après la prise en charge de la personne, [de] prendre contact avec le service de santé au travail et suivre ses consignes, y compris pour le nettoyage et la désinfection du poste de travail et le suivi des salariés ayant été en contact avec le cas ».

Enfin, la nouveauté résultant de la mise à jour du protocole se trouve dans la durée de l’isolement des personnes ayant été en contact avec la personne atteinte du virus.

Ainsi, initialement, la durée d’isolement des contacts « à risque » d’une personne atteinte était de 14 jours.

Désormais, ces cas-contacts

« seront pris en charge et placés en isolement pendant une période de 7 jours (pendant 7 jours pleins à partir de la date du dernier contact avec le cas confirmé et réalisation d’un test au 7ème jour), sauf dans les situations particulières (professionnels d’établissements de santé ou médico-sociaux ou d’opérateurs d’importance vitale…) ».

Ainsi, les résultats de ce test détermineront la suite à donner à l’isolement du cas-contact.

Si le test est négatif, l’isolement prendra fin.

S’il est positif, l’isolement devra être poursuivi pendant 7 jours à compter de la date du prélèvement.

Voir notre article Covid-19 : « Comment faire reconnaître sa maladie professionnelle après le décret du 14 septembre 2020 ? ».

Source :

Protocole nationale pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de Covid-19 (mis à jour le 17 septembre 2020) [4].

Mesures de prévention dans l’entreprise contre le Covid-19 (Questions-réponses du Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion) [

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article