Projet d’OPA de Véolia sur Suez : FO soutient les salariés qui bataillent pour leur emploi

Publié le par angeline351

Projet d’OPA de Véolia sur Suez : FO soutient les salariés qui bataillent pour leur emploi

 

L’intersyndicale de Suez, dont FO est partie prenante, organisait le 22 septembre sa deuxième journée nationale de mobilisation contre la tentative d’OPA de Véolia. Elle dénonce une offre synonyme de casse sociale et de démantèlement. FO appelle les pouvoirs publics à prendre leurs responsabilités.

La riposte sociale s’organise, et se précise, chez Suez pour contrer la tentative d’OPA (offre publique d’achat) de Véolia rendue publique fin août. Pour sa deuxième journée nationale de débrayages, mardi 22 septembre, l’intersyndicale de Suez, dont FO est partie prenante, appelait les 30.000 salariés français à manifester devant toutes les implantations d’Engie, principal actionnaire de Suez qui s’est vu offrir par Véolia de lui céder ses 29,9% de parts. En Ile-de-France, plusieurs centaines de salariés ont ainsi convergé à La Défense (Hauts-de-Seine) devant le siège de l’énergéticien.

L’OPA de Véolia, les salariés n’en veulent pas
Le moment est important : si la vente se conclut, elle sera la première étape de la fusion-absorption de Suez par Véolia. En effet, dans la foulée, le groupe dirigé par Antoine Frérot compte lancer une OPA sur le solde du capital de Suez.

Sauf que l’OPA de Véolia, les salariés de Suez n’en veulent pas. Elle est l’assurance de voir disparaître des milliers d’emplois, martèle Noui Bourahli, délégué FO de Suez Eau. Engie doit entendre les craintes des salariés et reconsidérer son projet de céder ses parts à notre concurrent.

Avec l’intersyndicale, le militant s’est rendu à Matignon, mardi dans la matinée, pour demander une conférence avec toutes les parties, collectivités locales comprises, afin de laisser du temps à la négociation sur l’avenir de Suez. Car le chrono court. Vendredi 25 septembre se réunira le conseil d’administration d’Engie, qui a demandé à Véolia d’améliorer son offre d’août (il proposait 15,50 euros par action Suez, soit 2,9 milliards d’euros pour racheter les 29,9% d’Engie, ndlr). A ce jour, Suez qui veut rester indépendant prépare encore sa contre-offre.

FO appelle les pouvoirs publics à prendre leurs responsabilités
L’État se retrouve en position d’arbitre dans ce duel, qui oppose les numéros un et deux français de la gestion des déchets et des eaux usagées. Deux mastodontes : fin 2019, Véolia comptait 178.780 salariés dans le monde (dont 65.000 en France) et Suez, 89 352 (dont 30 114 en France).

Le traitement des déchets et de l’eau relève de délégations de services publics, rappelle Noui Bourahli. Surtout, l’État détient 23,6% du capital d’Engie (et 34% des droits de vote). Son choix sera décisif.

La confédération FO l’appelle à jouer pleinement son rôle. Les pouvoirs publics doivent assumer leurs responsabilités, tant au regard des services concernés qui relèvent de services pour la population (eau et assainissement, collecte et traitement des déchets) que de la situation des salariés, explique-t-elle.

Le 16 septembre, elle a réuni les délégués FO chez Suez, Véolia et Engie, avec les responsables des fédérations concernées, pour faire le point et peser au mieux dans les décisions.

La préservation de l’emploi, condition de l’État-actionnaire
Car la déclaration du Premier ministre Jean Castex, qui a jugé le 3 septembre que l’offre de Véolia fait sens, reste en mémoire. Même si, depuis, son ministre de l’Economie Bruno Lemaire a temporisé. Il a expliqué que l’État refusera la précipitation, parce qu’il y a des dizaines de milliers d’emplois qui sont en jeu.

Il a rappelé aussi que la préservation de l’emploi figurait parmi les conditions posées par l’État-actionnaire (outre un projet de reprise de Suez à capitaux majoritairement français et la valorisation patrimoniale pour l’État).

Pour FO, au moins 3 600 emplois menacés en France
La bataille fait rage sur le sujet. Selon la direction de Suez France, 4 à 5 000 emplois dans l’Hexagone (10.000 au total dans le monde) risqueraient de disparaître dans l’opération de fusion-absorption, du fait du chevauchement des activités entre les deux groupes. Le P-DG de Véolia affirme, lui, qu’il n’y a aucun risque de perte d’emploi. Selon les déclarations du groupe, mardi, Véolia serait même prêt à s’engager sur le maintien de l’emploi en France, et de tous les avantages sociaux. Combien de temps ?

A moyen terme, toutes les méga-fusions se sont soldées par des diminutions importantes d’effectifs. C’est un fait, constate Noui Bourahli, délégué FO de Suez Eau. Le militant estime à 3.600 emplois en France, au moins le nombre de postes menacés par les doublons, dans les services support et pour certaines activités de collecte de déchet.

A ce premier séisme, encore faut-il ajouter le démantèlement de Suez. Dans son offre de fin août, Véolia prévoit une cession anti-trust des activités de Suez Eau France (11 000 salariés) à un fonds d’investissement français Meridiam.

Assignation d’Engie et de Véolia
De quoi légitimer les craintes des salariés, et expliquer la vigueur de la riposte sociale. Les débrayages de mardi 22 septembre n’en sont qu’une modalité.

Dans la soirée, le Comité social et économique (CSE) de Suez, et celui de l’établissement Suez Eau France siège ont révélé qu’ils venaient d’obtenir du tribunal de Paris l’autorisation d’assigner Engie et Veolia en référé : ils comptent exiger la suspension du projet de rachat par Véolia, tant qu’ils n’en auront pas été informés et consultés régulièrement.

Depuis, ce sont les actionnaires-salariés de Suez et d’Engie qui ont demandé à l’État, dans une démarche commune, de surseoir à un rapprochement avec Véolia.

ELIE HIESSE, JOURNALISTE L’INFO MILITANTE

Publié dans INFORMATION, COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article