Nantes. Dépistage du Covid-19 : quatre situations où il ne faut pas se précipiter

Publié le par angeline351

Nantes. Dépistage du Covid-19 : quatre situations où il ne faut pas se précipiter

Depuis le mois de juillet, de nombreux centres de dépistage sont ouverts à tous, symptomatiques ou non, dans l’agglomération nantaise. Mais ils sont pris d’assaut, et parfois saturés. Voici un panel de situations dans lesquelles il n’est pas forcément utile de se précipiter vers le test virologique.

Vous n’avez pas de symptôme, mais vous craignez d’avoir été contaminé ? Il n’est pas toujours facile de s’y retrouver et de savoir si un test nasal peut s’avérer nécessaire et efficace. Voici quatre situations où il ne faut pas se précipiter, afin d’éviter d’engorger le système de dépistage.

Je reviens d’une fête de famille
Vous revenez d’un anniversaire, un mariage, une fête de famille… qui a eu lieu samedi soir. Il ne sert à rien – c’est beaucoup trop tôt – de se faire tester dès le lundi pour être sûr de ne pas avoir été contaminé. Il faut attendre de savoir si une personne présente à la fête a été testée positive. Si ce n’est pas le cas, il n’y a pas de raison de faire le test. Si c’est le cas et que vous êtes donc considéré comme cas contact, la CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie), chargée du testing, va vous appeler et vous inviter à vous faire tester au bout de sept jours après la fête, délai d’incubation du virus.

Je suis en vacances avec un ami
Vous passez une semaine de vacances avec un ami. Ce dernier apprend que son enfant, avec qui il a passé du temps la semaine précédente, est positif. Inutile de foncer dans un centre de dépistage. C’est au parent, qui lui a été en contact, de se faire dépister rapidement. S’il s’avère qu’il est positif, il faut vous faire dépister. Si ce n’est pas le cas, il ne peut pas vous avoir transmis le virus.

Je discute rapidement avec un ami
Vous croisez un ami. Vous discutez cinq minutes en pleine rue, en respectant les gestes barrière, en portant votre masque, à plus d’un bon mètre de distance. Il vous apprend quelques jours plus tard qu’il est positif. Cela ne sert à rien de faire le test.

Pour être considéré comme cas contact, il faut être resté plus de quinze minutes avec la personne infectée, à moins d’un mètre cinquante et dans un milieu clos, c’est-à-dire à l’intérieur.

Je suis inquiet
Vous êtes inquiet, angoissé par ce Sras-cov 2, qui donne le Covid et vous décidez de faire le test pour avoir l’esprit tranquille, avant de reprendre le boulot ou de rencontrer votre grand-mère. Sachez que ce n’est pas la bonne méthode. Vous auriez tout intérêt à vous rapprocher de votre médecin pour faire le point au lieu de vous précipiter dans un centre de dépistage qui sature.

Publié dans INFORMATION, SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article