une pénurie des médicaments utilisés en réanimation ?

Publié le par angeline351

 une pénurie des médicaments utilisés en réanimation ?

L’afflux massif de patients atteints du Covid-19 dans les services de réanimation mobilise beaucoup de ressources pour assurer la meilleure prise en charge possible.
De nombreux médicaments sont nécessaires à cette prise en charge thérapeutique globale, mais les médecins redoutent une pénurie de certaines molécules indispensables, et s’organisent pour éviter d’en manquer.
Un risque qui ravive le débat autour de la réindustrialisation française du secteur pharmaceutique, aujourd’hui dépendant de l’Asie.
« Les hôpitaux seront bientôt à court de médicaments essentiels pour traiter les patients atteints du Covid-19 hospitalisés en unités de réanimation ». Ce mardi, dans une lettre adressée à leurs gouvernements respectifs, neuf des plus grands hôpitaux d’Europe appellent à des mesures d’urgence pour éviter une pénurie de médicaments essentiels, tels que les curares, corticoïdes ou antibiotiques. « En l’absence de collaboration européenne pour garantir un approvisionnement continu en médicaments », et « au rythme actuel de consommation, les stocks seront épuisés dans quelques jours dans les hôpitaux les plus durement touchés, et dans deux semaines » pour les autres, redoutent ces soignants – dont l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP)- membres de l’Alliance européenne des hôpitaux universitaires.

« Il y a potentiellement une pénurie de médicaments de réanimation à venir », a aussi déclaré le Pr Bruno Riou, directeur médical de crise de l’AP-HP. Et pour cause, « la demande de certains médicaments explose de 2.000 % dans le monde, ce qui crée des mouvements de tension », a confirmé ce mardi le ministre de la Santé,Olivier Véran, durant les questions au gouvernement à l’Assemblée. A quoi ces médicaments servent-ils ? Comment les personnels soignants peuvent-ils composer avec ce risque de pénurie ? Et comment éviter ce risque ?

L’explosion de la demande des médicaments utilisés en réanimation
En contact avec l’Agence du médicament (ANSM) et « certains laboratoires en direct », François Crémieux, directeur général adjoint de l’AP-HP, a indiqué que « sur les curares, il semblerait que les capacités de production puissent être de nature rassurantes ». Mais les besoins explosent. « Les capacités initiales de la France étaient de 5.000 lits de réanimation. Elles ont été augmentées (…) à 10.000. Désormais, nous souhaitons atteindre un objectif de 14.000 à 14.500 lits de réanimation sur tout le territoire », déclarait en fin de semaine Olivier Véran.


Alors que la situation est de plus en plus tendue en Ile-de-France, les services de réanimation de la région poussent les murs. « Nous avons triplé nos capacités en passant de 16 à 50 lits, indique à 20 Minutes le Pr Elie Azoulay, chef du service de réanimation de l’hôpital Saint-Louis, à Paris. Et ce grâce à la mobilisation sans faille de nos équipes soignantes, et au renfort de collègues médecins et infirmiers de la réserve sanitaire. Cela nous permet d’assurer une prise en charge holistique aux patients. On leur parle, on les rassure, et on veille à ce que les familles, folles d’inquiétude et dont le rôle sera central à la fin de l’hospitalisation, soient associées et informées tous les jours ».

Malgré cette mesure, la saturation guette. Le nombre de patients devrait encore augmenter, mais les réserves des pharmacies hospitalières se réduisent comme peau de chagrin. « En réanimation, quand nous prenons en charge un patient avec un syndrome de détresse respiratoire aiguë, nous le plaçons sous ventilation mécanique, sur le ventre, et sous sédation, pour optimiser son oxygénation, décrit le Pr Azoulay. Pour dispenser ces soins de base, nous administrons une association de curares, d’anesthésiques et d’analgésiques pour permettre un relâchement musculaire et une sédation, et rendre la respiration artificielle confortable et sans douleur. Mais aussi des corticoïdes – différents des anti-inflammatoires non-stéroïdiens, qu’il ne faut surtout pas prendre en cas de Covid-19 – pour lutter contre la réponse inflammatoire de l’organisme provoquée par le coronavirus sur les structures vasculaires et les organes, et qui explique pour partie l’aggravation brutale de l’état de certains patients, explique le médecin réanimateur. Or, tous ces médicaments sont tellement utilisés que nous craignons d’en manquer dans les prochains jours ».

Optimiser les stocks
Curares, hypnotiques, corticoïdes, antibiotiques : « les produits qui sont en forte tension sont connus », a abondé François Crémieux. Les trente-cinq hôpitaux franciliens « ont fait remonter les quatre ou cinq classes thérapeutiques sur lesquelles les risques étaient importants, du fait du nombre de patients qui vont être pris en charge tout au long du mois d’avril ». Mais « la pénurie déborde largement de la France et est européenne », avec « des enjeux de juste répartition entre l’ensemble des hôpitaux », a souligné le Pr Crémieux. « Nous sommes dans une situation à flux tendu, a reconnu ce lundi, sur France 5, Nathalie Pons-Kerjean, cheffe du service de pharmacie à l’hôpital Beaujon de Clichy (Hauts-de-Seine). On travaille sur l’optimisation de nos stocks ». Comment ? Pour éviter la rupture, un groupe de médecins anesthésistes et de réanimation de l’AP-HP a élaboré un texte, qui « explique en détail les bons principes d’économie » de ces « produits précieux », a expliqué le Pr Riou. Plusieurs méthodes permettent en effet d’atteindre « l’efficacité sans dépasser la dose et en s’adaptant » : appareils mesurant « la profondeur d’anesthésie » ou « le degré de curarisation », médicaments pour « potentialiser » l’effet des hypnotiques. « On peut obtenir une réduction de 20 % sur la consommation de ces produits (…) sans qu’il y ait de conséquences importantes pour les patients », a estimé le Pr Bruno Riou.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article