Covid-19 : comment le détecter et comment faire avec un malade à la maison ?

Publié le par angeline351

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quels sont les premiers symptômes liés au coronavirus ?
Selon l'OMS, le temps d'incubation du virus — c'est-à-dire la durée entre la contamination et les premiers symptômes — oscille entre un et 14 jours. Dans des cas plus rares, les symptômes peuvent apparaître du jour au lendemain. Les premiers signes du virus sont : de la fièvre, une toux sèche et de la fatigue. Ces symptômes le plus souvent bénins apparaissent de façon progressive, parfois par une toux d'abord anodine, ou par un simple mal de tête. Certaines personnes atteintes du virus ont même parfois zéro symptôme. C'est la forme asymptomatique de cette maladie infectieuse.

Quel niveau de fièvre fait-on avec le coronavirus ?
Un des symptômes les plus courants de la maladie Covid-19 est la fièvre, comme pour la grippe. C'est pour cette raison que les deux maladies peuvent se confondre au début. Le niveau de fièvre est variable d'un individu à un autre, mais généralement le coronavirus provoque une fièvre de plus de 38°. Si votre seul symptôme est de la fièvre, n'appelez pas le 15. En cas de doutes, restez chez vous et appelez votre médecin. Etre fiévreux ne signifie pas avoir contracté le coronavirus. Si vous voulez lutter contre la fièvre ou la douleur, préférez le paracétamol aux anti-inflammatoires et à l'ibuprofène, soupçonnés d'aggraver les symptômes en cas de coronavirus. Si vous avez été en contact étroit avec une personne malade, prenez votre température deux fois par jour, et surtout appliquez bien les gestes barrières (lavage des mains régulier au savon et à l'eau, distance d'un mètre…). 

Le coronavirus provoque-t-il une toux sèche ou grasse ?
Les patients Covid+ présentent une toux sèche. Aurore Jégu-Pétrot, infirmière, a rapporté sur BFMTV que cette toux, si elle devient ingérable, doit alerte : "Quand tu vois que tu tousses à t'en étouffer tu te dis que tu vas avoir besoin d'aide respiratoire"... Pourtant, dans la majorité des cas, cette toux s'éteint d'elle-même. L'OMS conseille d'appeler votre médecin traitant si vous avez une toux sèche.

Y a-t-il des symptômes de courbatures ?
Comme pour la grippe, un symptôme très fréquent de la maladie Covid-19 est le fait d'avoir des douleurs musculaires. Si vous avez la sensation de courbatures partout, c'est peut être un signe que vous avez contracté le virus, ou tout simplement que vous avez la grippe saisonnière. Si vous êtes dans ce cas, il est recommandé de rester au chaud chez vous, de prendre votre température deux fois par jour et encore une fois d'appliquer les gestes barrières afin de ne pas contaminer les personnes de votre entourage. Appelez votre médecin, mais ce n'est pas la peine de faire le 15, sauf si vous êtes une personne à risque ou si vous avez en complément des symptômes aggravants comme des difficultés respiratoires.

Qu'est-ce que l'anosmie, symptôme particulier du coronavirus ?
Les ORL ont alerté à la mi-mars les autorités de l'apparition d'un nouveau symptôme : l'anosmie (perte d'odorat). "Ça semblait bizarre", a confié à l'AFP le Dr Alain Corré, ORL à l'Hôpital-Fondation Rothschild à Paris. Avec le Dr Dominique Salmon de l'Hôtel Dieu, ils ont testé une soixantaine de patients anosmiques : 90% étaient positifs.

Ces pertes d'odorat sembleraient être un symptôme pathognomonique, id est un signe clinique qui, à lui seul, permet d'établir le diagnostic. Ce symptôme est la seule présentation spécifique du nouveau coronavirus. Le Dr Corré a théorisé : "Le virus SARS Cov-2 est attiré par les nerfs: quand il pénètre dans le nez, au lieu de s'attaquer à la muqueuse comme le font les rhinovirus habituels, il attaque le nerf olfactif et bloque les molécules d'odeur." Le médecin a assuré : "Dans le contexte actuel, si vous avez une anosmie sans nez bouché, vous êtes Covid positif, ça n'est pas la peine d'aller vous faire tester."

Comment détecter un essoufflement correspondant au coronavirus ?
L’essoufflement est un autre symptôme du coronavirus qui peut être un signal d'aggravation de la maladie, qui s'attaque aux voies respiratoires et peut déboucher sur une pneumonie sévère. L'essoufflement ne fait pas partie des premiers symptomes du Covid-19. Il s'agit d'une complication qui survient chez certains patients à partir du 7e jour, avec un regain de fièvre, parfois après une légère phase d'amélioration. L'essoufflement arrive souvent de manière subite et se constate au moindre effort physique, comme se déplacer ou montre les escaliers. Pour le détecter si vous avez un doute, mesurez votre fréquence respiratoire. Au delà des 20 à 25 respirations par minutes, il s'agit d'une la tachypnée (augmentation de la fréquence respiratoire) et il peut être conseillé de consulter un médecin si vous présentez d'autres symptômes.

Le coronavirus peut-il déclencher des troubles digestifs ?
Une étude chinoise, relayée ce jeudi 26 mars par la Dépêche, montre que les patients du coronavirus peuvent également être touchés par des troubles digestifs. L'étude rapporte que sur 204 cas de Covid-19 testés, dont la moyenne d'âge est de 55 ans, "près de la moitié (48,5 %) s'est rendue à l'hôpital pour des troubles digestifs divers tels que de la diarrhée (29,3 %), des vomissements (8 %) ou des douleurs abdominales (4 %)". Plus étonnant encore, quelques patients (sept) présentaient des troubles digestifs... mais pas de symptôme respiratoire, qui sont pourtant les signes les plus courants du nouveau coronavirus.

Le coronavirus est-il lié à des symptômes dermatologiques ?
Dernièrement, des médecins généralistes et des dermatologues ont observé une augmentation de patients présentant des engelures et de l'urticaire. Selon le Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV) ces symptômes pourraient être associés au nouveau coronavirus. Environ 40 cas ont été rapportés sur un groupe WhatsApp dédié, lancé par le SNDV. "Au vu du nombre important de ce type de lésion en ce moment, il est certain que l'on doit évoquer le Covid dans ce cas particulier", a expliqué le Dr Luc Sulimovic, dermatologue en libéral et président du syndicat national des dermatologues-vénérologues au Quotidien du Médecin. Et de préciser : "Des patients sont asymptomatiques tandis que d'autres présentent des signes pulmonaires faibles". 

Luc Sulimovic a néanmoins nuancé sur Europe 1 ce jeudi 9 avril. Il évoque un "faisceau de présomptions" mais tient à rappeler qu'il faut parler d'un lien entre ces symptomes et le coronavirus "au conditionnel". Le directeur général de la Santé Jérôme Salomon affirmait quant à lui lors d'un de ses derniers points de situation que les problèmes dermatologiques ne sont pas "pas à [s]a connaissance de nouveaux signes de la maladie". Cela n'a pas empêché le syndicat d'indiquer dans un communiqué qu'il convient "d'avertir nos confrères et les patients, non pas de la gravité de cette vascularite, mais de la contagiosité potentielle du patient si cet acrosyndrome se révélait un symptôme du Covid-19. "

Quels sont les symptômes aggravants du coronavirus ?
L'infection liée au coronavirus devient inquiétante que les personnes "respirent plus rapidement que la normale", a rapporté le Dr Pauti, qui dit à ses patients d'appeler le 15 dès qu'elle perçoit un essoufflement. Ces aggravations brutales interviennent souvent entre le septième et le quatorzième jour. Elles se traduisent par une forme de pneumonie bilatérale, à l'aspect radiologique bien particulier. "Au scanner, on peut avoir la quasi certitude" qu'il s'agit du Covid-19, a expliqué Pauline, médecin hospitalier en région parisienne. Elle a identifié chez la plupart des hospitalisés "une tolérance clinique incroyable: ils n'étouffent pas du tout alors qu'ils ont des paramètres catastrophiques à la gazométrie (NDLR : mesure du taux d'oxygène dans le sang)." Une fois en réanimation, le respirateur peut permettre de passer le cap, mais la situation peut se détériorer encore, et mener au décès. Cette médecin, perplexe, a expliqué : "Le drame de ce virus, conclut-elle, c'est qu'il frappe une population naïve, réceptive à 100%." 

Jessica J Manson, spécialiste des phénomènes inflammatoires à l'University College Hospital de Londres, a estimé dans la revue médicale The Lancet : "Les preuves s'accumulent pour suggérer qu'une partie des patients souffrant de formes sévères de Covid-19 sont sujets d'un syndrome de choc cytokinique." En théorie, en cas d'infection les cytokines permettent une régulation de l'action immunitaire. Or, avec "l'orage cytokinique", on observe un emballement de ce système qui débouche sur une réaction hyper-inflammatoire. Rapporté depuis une vingtaine d'années, ce phénomène pourrait expliquer la dangerosité du Sras et du Mers. Mais qu'est-ce qui peut amener le coronavirus à déboucher sur des symptômes aussi graves ? Comment commence la maladie et comment peut-elle évoluer dans le temps ?

Quels sont les symptômes et les risques chez les bébés et les enfants ? 
Chez les bébés et les enfants, les symptômes du coronavirus sont assez similaires que ceux d'une grippe bénigne. Dans la plupart des cas, l'infection est peu symptomatique. Si les jeunes enfants et les bébés sont moins touchés que les adultes par le Covid-19, ils peuvent être contaminés, et donc transmettre la maladie. Certains peuvent même n'avoir aucun symptôme, mais avoir contracté le virus et être ainsi contagieux. Il est donc important que les bébés et les enfants évitent d'être en contact avec les personnes âgées et les personnes à risque afin d'éviter tout risque de contamination de ces personnes.

Que faire si on a des symptômes du coronavirus ? 
Le coronavirus touche de plus en plus de pays et de plus en plus de personnes contaminées sont à dénombrer. Le virus inquiète et il est important, comme dit tout au long de cet article, de respecter les mesures mises en place par le gouvernement : gestes barrières, restrictions de sorties et confinement. En cas de doute, et si des symptômes se manifestent, ne paniquez pas, ils sont souvent bénins.  Si vous avez un doute ou que vous avez de la fièvre ou une toux sèche, il n'est pas forcément nécessaire d'appeler le 15.  Un site, validé par le ministère de la Santé a été mis en ligne pour permettre de "s'évaluer soit même". Sur ce site, une série de 24 questions vous sera posée avec des questions basiques liées aux symptômes mais également sur vos antécédents médicaux. Voici le lien du site qui a déjà enregistré plus de 2 millions de visites : maladiecoronavirus.fr. Le docteur Fabrice Denis, membre de l'Alliance digitale contre le Covid-19 a toutefois précisé qu'il ne s'agissait pas d'un "diagnostic" mais d'une "évaluation" puisque un algorithme prend ensuite le relais. Ce dernier étant alimenté par les données scientifiques disponibles. Si les résultats ne sont pas bons, le site vous conseillera de contacter immédiatement le 15. Sachez également que les données récoltées seront mises à disposition de l'Institut Pasteur, co-développeur du site avec des médecins spécialistes et l'AP-HP.

Quelles sont les séquelles du coronavirus ? 
Le coronavirus peut entraîner différents niveaux de séquelles. Xavier Lescure, professeur et infectiologue à l'hôpital Bichat à Paris, a expliqué sur FranceInfo : "on ne pense pas qu'il y ait des séquelles pour les personnes qui ont eu de faibles symptômes." 

En revanche, chez les patients lourdement atteints, les conséquences seront indélébiles. Les poumons sont les premiers organes affectés. Une vidéo 3D (réalisée par des chercheurs de l'hôpital universitaire George Washington aux Etats-Unis) révèle que le tissu pulmonaire est très largement endommagé chez les patients sévèrement atteint. Keith Mortman, chef du service de chirurgie thoracique, a théorisé : "Quand cette inflammation se réduit, elle laisse des cicatrices sur les poumons et crée des dégâts à long terme. Cela peut détériorer les capacités respiratoires d'un patient dans le futur." Les autopsies confirment que les patients grièvement touchés développent des fibroses pulmonaires. Xavier Lescure a expliqué : "On voit que les personnes qui décèdent ont de grosses lésions liées à des inflammations pulmonaires." 

Les passages en réanimation peuvent provoquer des séquelles neurocognitives. Le professeur Jean-Michel Constantin, anésthésiste-réanimateur à la Pitié-Salpétrière à Paris, a déclaré sur FranceInfo : "On observe des séquelles neurocognitives très impressionnantes à la suite de syndromes de détresse respiratoire aigüe." Certains patients développent des syndromes post-traumatiques. Le professeur Jean-Michel Constantin, a souligné : "tout cela est régressif mais il faut du temps, des années. Et on ne s'en remet pas de la même manière à 20 ans ou à 80 ans."

Voici  également quelques conseils sur la meilleure façon d'agir en cas de doutes :
Si vous avez des questions générales sur le virus, vous pouvez appeler le numéro vert 0.800.130.000 (appel gratuit).
Si vous avez de la fièvre, une toux sèche ou des courbatures, vous pouvez appeler votre médecin traitant.
En cas de symptômes plus graves, de difficultés respiratoires ou d'urgence vitale, n'allez pas aux urgences, ni chez votre médecin, mais contactez le 15 (ou le 114 pour les personnes sourdes ou malentendantes). Restez chez vous et évitez tout contact direct avec votre entourage. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article