Coronavirus : Philippe Juvin recommande de tester tous les résidents des Ehpad

Publié le par angeline351

Coronavirus : Philippe Juvin recommande de tester tous les résidents des Ehpad

Tester massivement tous les résidents et personnels des Ehpad de France, c'est ce que recommande Philippe Juvin, chef des urgences de l’hôpital Pompidou à Paris et maire de La Garenne-Colombes. Tests qu'il a mis en place dans sa commune.

 

Trois cents tests pour tous les résidents et personnels des Ehpads de La Garenne-Colombes (Hauts de Seine) sont mis en place d’ici mercredi soir. Une initiative orchestrée par le maire* de la commune, Philippe Juvin, également chef des urgences de l’hôpital Pompidou à Paris.

 Maire de La Garenne Colombes, réélu dès le 1er tour le 15 Mars avec 75% des voies, député européen de 2009 à 2019 et porte-parole de la délégation française au sein du groupe du Parti populaire européen.

Philippe Juvin était l'invité de la matinale de France Bleu ce mercredi matin

Pourquoi tester tous les résidents ?

Parce qu’il est très important de séparer les résidents positifs de ceux qui sont négatifs. Ce même dispositif a été fait à Seattle (USA). Il indique que 40% de la population de l’Ehpad était infecté. C’est important de le savoir : ça permet de les répartir de façon différente.

Comment garantir un isolement hermétique  entre les résidents ?

Ils sont désormais tous confinés dans leur chambre dans toutes les maisons de retraites de France. Mais cela n’est pas suffisant. Les personnels passent d’une chambre à l’autre pour aider à faire la toilette. Et comme ils ne sont pas assez nombreux et sont débordés, les mesures barrières ne sont plus respectées en fin de journée. Donc il faut dédier des étages pour les résidents contaminés et d’autres pour les non-contaminés. Avec un personnel affecté à un étage qui n’aille pas d’un secteur à l’autre. C’est là le secret de la diminution de la contamination. 

Qui a financé ces tests à La Garenne Colombes ?

Ce sont les Ehpad eux-mêmes qui les ont payés pour chacun de leurs résidents. La municipalité a mis en place toute une logistique assez complexe. Nous avons également reçu de l’aide des médecins libéraux et infirmières libérales, ainsi que de la Croix Rouge, pour effectuer les manipulations, brancarder les personnes et procéder aux tests dans la zone de prélèvement. Cela n’a pas été facile à mettre en place à cause de la pénurie des tests. Mais un laboratoire de la commune a pu nous en procurer. C’est une logistique qui demande de l'organisation mais qui est faisable. La Garenne Colombes est une petite ville. Nous y sommes arrivés,. Il n’y a pas de raison que l’on n’y arrive pas ailleurs.

Regrettez-vous que l’Etat ne soit pas en mesure de tester à grande échelle comme dans d’autres pays ?

On ne peut pas tout attendre de l’Etat. Il existe des pouvoirs publics locaux. Des communes, des départements et des régions. Et je pense que c’est d’abord de la responsabilité des Ehpad de tout mettre en œuvre pour faire tester leurs résidents. D’autant plus qu’il existe plusieurs manières de faire ces tests. Les Chinois l’ont bien montré. Soit on fait le fameux test PCR, sorte de coton-tige, que l’on vous met dans le nez, ce que nous faisons. On peut aussi tester avec une goutte de sang ou bout du doigt, voir même faire des scanners, qui montrent des images assez caractéristiques. D’abord il faut se dire « on va le faire », et une fois la décision prise, on met les moyens pour le faire. C’est plus facile à réaliser qu’on ne le pense.

Le ministre de la santé Olivier Véran a promis 20.000 à 25.000 tests rapides d’ici la semaine prochaine. N’est ce pas trop peu et trop tard ?

Je suis pragmatique : je prends tout ce qui arrive. Bien sûr qu’il en faudrait beaucoup plus, mais il y a une semaine on n’en espérait pas tant. 

Comment faudrait-il gérer le déconfinement ?

Je ne prétends pas donner de leçon mais il est intéressant de regarder ce qui a été fait ailleurs, comme par exemple en Corée du Sud. Il sera très important, au moment du déconfinement, de distinguer les cas positifs des cas négatifs, pour probablement poursuivre le confinement des personnes infectées. D’où l’importance d’avoir ces tests.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article