Coronavirus : La désinfection des rues serait inutile et nocive pour l’environnement

Publié le par angeline351

Coronavirus : La désinfection des rues serait inutile et nocive pour l’environnement

EPIDEMIE Le 4 avril, le Haut conseil de la santé publique a rendu un avis négatif sur le sujet

Les autorités se prononcent contre la désinfection des rues en France contre l'épidémie de Covid-19. Les ministres de la Transition écologique, Elisabeth Borne, et de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, ont indiqué ce jeudi « prendre acte » de l’avis du Haut Conseil de la santé publique sur le sujet.

Le HCSP a rendu son avis le 4 avril, concluant à « l’absence d’argument scientifique de l’efficacité d’une telle mesure sur la prévention de la transmission du SARS-CoV-2 ». En conséquence, tout en « notant son impact psychologique sur la population, il recommande de ne pas mettre en œuvre une politique de nettoyage spécifique ou de désinfection de la voirie », mais de « continuer d’assurer le nettoyage habituel », évidemment « avec les équipements de protection habituels des professionnels ».

Un nettoyage plus fréquent des rues
Par contre, il recommande « d’assurer le nettoyage et la désinfection à une fréquence plus régulière du mobilier urbain » et de s’abstenir d’utiliser des équipements pouvant soulever les poussières au sol, type souffleurs de feuilles.

D’autant que cette pratique pourrait être plus toxique que bénéfique. Dans un communiqué, les ministres soulignent par ailleurs que « l’usage massif de produits de désinfection en plein air peut conduire à des effets, directs ou indirects, sur la santé et l’environnement, » notamment en raison du ruissellement. Plusieurs collectivités, Bordeaux ou Nice notamment, avaient un temps envisagé de telles mesures.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

frederique 10/04/2020 12:16

Les dérivés chlorés (hypochlorite de sodium, dichloroisocyanurates et il y a des sous-produits halogénés générés) massivement utilisés par la méthode de la nébulisation sur les voiries publiques sont des biocides réglementés et par conséquent réservés à des usages professionnels en milieu clos et évacués de leurs occupants et non à une utilisation dans les milieux ouverts ! : le brouillard pouvant être inhalé par les riverains est très toxique pour les alvéoles pulmonaires , très caustique pour la muqueuse des voies aériennes.
Quant aux ammoniums quaternaires, ces produits tensio-actifs sont des irritants responsables de dermatites de contact et d’allergies : » La prévention des risques professionnels des biocides » : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=513