Coronavirus : le coup de gueule du président des médecins, contaminé à son tour

Publié le par angeline351

Coronavirus : le coup de gueule du président des médecins, contaminé à son tour

Testé positif au coronavirus, le président de la Fédération des médecins de France, Jean-Paul Hamon, juge honteuse la pénurie de masques.

Lorsqu'on l'interroge, il le concède : « Bon, je n'irais pas faire un footing dans les bois mais j'ai le moral ! ». Il est comme ça Jean-Paul Hamon. Toujours un trait d'ironie lâché d'une voix rauque et chaleureuse. Depuis quelques jours, le président de la Fédération des médecins de France, connu pour défendre bec et ongles les docteurs de l'Hexagone, est plus que confiné chez lui, il est en quarantaine.

Un test lundi a révélé ce qu'il pressentait déjà : l'homme a bien attrapé le coronavirus. Mais le docteur de 73 ans l'assure, il va mieux. « Je suis encore un peu crevé, je tousse mais je n'ai plus de fièvre ». À son âge « canonique », exagère-t-il plein d'humour, il le sait, il fait partie des populations à risque, d'autant qu'avec ses confrères, il est en première ligne face au virus. « Je me suis fait choper. Évidemment, on se rassure en pensant au 98 % de guérison mais on se dit forcément, et si je faisais partie des 2 %? ».

Contamination pendant une consultation
Il y a aussi l'inquiétude de la deuxième semaine lorsque entre le 6e et le 8e jour, les symptômes peuvent s'aggraver subitement. Une pensée vite évacuée par la réalité de son état de santé : « Je pense que je suis hors de danger. »

Comment est-il tombé malade? Jean-Paul Hamon a son idée. Fatigue intense, frissons, 38 de fièvre… Les premiers signes sont apparus après une visite à domicile. Vendredi 13 mars, un patient diabétique, qu'il connaît de longue date, appelle à son cabinet de Clamart. Il ne se sent pas bien.

« D'habitude, il se déplace toujours, il ne téléphone jamais alors je suis allé le voir chez lui ». Le docteur le trouve dans un état un « peu confus ». « Il devait être en hyperglycémie car il n'avait pas fait sa piqûre d'insuline du matin. » Au moment de l'examiner, « il m'a toussé dessus ». Le médecin sort immédiatement son masque. « C'était trop tard ». L'état du sexagénaire, qui ignorait souffrir du Covid-19, s'est depuis dégradé. Hospitalisation puis réanimation. « C'est toujours très pénible de savoir qu'un de ses patients est gravement atteint ».

«On n'est pas de la chair à canon»
Depuis, l'associé de Jean-Paul Hamon a également été testé positif au coronavirus. « J'ai dû le contaminer », craint-il. Mais pas question d'infecter ses proches en plus de son collègue du cabinet. À la maison, les règles ont changé. Plus personne ne s'approche. Le savon est partout. « Quand mon petit-fils descend les escaliers pour casser la croûte, on le laisse seul dans la cuisine et avec mon épouse, on évite de se croiser ». Pour l'instant, la stratégie s'est montrée payante. Tout le monde est en forme.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article