Sénat : la loi sur le non-cumul des mandats profite aux femmes

Publié le par angeline351

Sénat : la loi sur le non-cumul des mandats profite aux femmes

 

François Baroin, David Rachline, ou encore Michel Mercier ont démissionné suite à l’entrée en vigueur de la loi. Le Sénat n’a jamais eu autant de sénatrices. 

Le Palais du Luxembourg est soumis depuis lundi à  la loi du non-cumul des mandats.  Chaque sénateur est ainsi réduit à n'exercer que son mandat de parlementaire, la loi lui interdisant de détenir tout autre mandat exécutif local. C'est donc bien la fin du sénateur-maire. 

 

 

Or trois jours avant la date limite,  les «Echos » avaient calculé que 142 élus, 40% du Sénat, jouissaient encore de deux mandats. Et qu'il leur fallait faire irrémédiablement un choix. 

Parmi eux, 67 vainqueurs du scrutin du 24 septembre. Résultat? Ces derniers, sans exception, ont préféré à l'ancrage politique local l'hémicycle du 6e arrondissement de Paris, d'après la liste publiée au Journal officiel.

En faveur des femmes

En revanche, tous n'ont pas fait ce choix là. D 'après le Journal Officiel du 1 octobre, 13 élus ont démissionné, dont 12 hommes. François Baroin, sénateur de l'Aube, ainsi que David Rachline, sénateur du Var ont laissé par exemple leur sièges. Idem pour Michel Mercier, désormais ancien sénateur du Rhône. 

Onze des démissionnaires ont été immédiatement remplacés, par leur suppléant - pour ceux élus au scrutin majoritaire - ou par leur co-listier situé juste après eux dans la liste présentée aux sénatoriales. 

Or ces remplaçants sont en réalité des femmes, au nombre de neuf précisément. Michel Mercier donne ainsi son siège à Michèle Vullien et David Rachline à Claudine Kauffmann. En Gironde, Nathalie Delattre succède à Xavier Pintat et Laurence Harribey à Alain Anziani. Situation similaire dans la Sarthe où Nadine Grelet-Certenais prend le fauteuil de Jean-Claude Boulard. 


 

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article