Macron chez Whirlpool à Amiens : un retour sans un pli ?

Publié le par angeline351

Macron chez Whirlpool à Amiens : un retour sans un pli ?

Le Président revient ce mardi sur un des points chauds de la présidentielle. Avec les garanties sur l’emploi et l’arrivée d’un repreneur local, l’accueil des salariés s’annonce moins tendu.

La colère des Whirlpool est un peu retombée. Avant d’accueillir Emmanuel Macron, ce mardi à Amiens (Somme), ils paraissent rassérénés. Depuis avril, du chemin a été parcouru. Hormis une cinquantaine de départs à la retraite, les syndicats assurent que l’ensemble des salariés vont être repris. Mieux, sur les 290 postes, 277 vont être sauvés, ce qui va obliger le repreneur à embaucher. «Emmanuel Macron vient parce qu’il y a un projet de réindustrialisation du site, il veut le soutenir et aussi promouvoir le "made in France", assure Patrice Sinoquet, de la CFDT. Il tient sa promesse.» Ce que confirme Isabelle, fonctionnaire amiénoise : «Macron, c’est l’homme du pays. Quand il a dit qu’il reviendrait, il a été filmé ! S’il ne l’avait pas fait, les gens gueuleraient, croyez-moi !

Electrique.Entre les deux tours de l’élection présidentielle, les syndicalistes l’avaient rencontré sur le parking de l’usine dans un climat électrique et sous pression médiatique, juste après un passage éclair de Marine Le Pen. Le futur président s’était seulement engagé à «suivre» le PSE (plan de sauvegarde de l’emploi). Un PSE que Patrice et ses camarades jugent «pas trop mal, en tout cas à la hauteur du groupe». L’indemnité de départ varierait de 70 000 à 80 000 euros selon l’ancienneté. Malgré tout, les salariés restent prudents pour l’avenir. «Il y a vingt ans, on était 1 200 sur le site», rappelle Ludovic Creusé, de la CGC. Délocalisation du site vers la Slovaquie en 2002 (avant celle annoncée vers la Pologne ce mardi), baisse du rythme de production… Cela fait longtemps que les Whirlpool vivent la désindustrialisation.

Le sauveteur du site s’appelle Nicolas Decayeux. Entrepreneur connu de la région, il dirige la société WN, qui fabrique des casiers réfrigérés intelligents et des chargeurs pour véhicules électriques. Son projet ? A coté de ses propres fabrications, il s’agirait de fonctionner en «open factory», c’est-à-dire ouvrir l’usine à des entreprises qui ont besoin d’une ligne de production pour y réaliser des armoires électriques ou du mobilier urbain en inox. Une approche jugée assez innovante. Reputé discret, Decayeux «est un industriel picard attaché à sa région»,rappelle un de ses collaborateurs.

Maire d’Amiens (UDI), Brigitte Fouré, qui a œuvré avec les élus locaux pour «trouver une solution», s’avoue aujourd’hui «énormément soulagée». WN devrait débuter ses activités en janvier, après l’arrivée de nouveaux équipements, pour un investissement de cinq millions d’euros. Une perspective qui réjouit les salariés de Whirlpool. «On ne passe pas du coq à l’âne, dit Ludovic Creusé. Nous restons dans le même corps de métier. Nous ne sommes pas des débutants, tout le monde a au moins vingt ans de présence. Je pense qu’il [Nicolas Decayeux ndlr] s’intéresse à nous à cause de notre savoir-faire», ajoute-t-il.

De fait, lorsqu’il a rencontré les salariés le 12 septembre, le patron de WN a fait «forte impression», dit un salarié. «Ce qui l’a séduit, c’est qu’on a été responsables au niveau syndical et qu’on n’a rien cassé», poursuit Patrice Sinoquet de la CDFT. Contrairement à ce qui s’est passé avec Continental. «On n’a pas pu en placer une pendant deux heures, il a monopolisé la parole. Il nous a convaincus, ajoute un employé. Il n’a pas l’air d’être un homme à s’endormir sur ses lauriers.»

Les salariés ont obtenu que leur salaire soit maintenu pendant deux ans, avant de baisser de 5 % à 15 % par la suite. Le rythme de travail, devrait rester en deux huit.«Il nous a dit qu’il n’allait pas chambouler le truc,explique Patrice Sinoquet. Ce sera un métier plus agréable, de ne pas mettre toujours la vis au même endroit.» «On avait peur qu’un repreneur véreux se pointe, c’était notre plus grosse crainte», dit Marie-José Miguel, pour la CFTC. Elle et ses acolytes ont davantage confiance en «un gars de la région, un Français, quelqu’un qui met son nom en jeu».

Dernier Noël.En attendant, beaucoup veulent saluer le travail de l’ancien directeur, parti chez Amazon, qui a mis «son cœur pour nous dépatouiller du brin». Entendre, «du bordel». Carlos Ramos, c’est son nom, les avait ainsi prévenus qu’il «remuerait ciel et terre pour ne laisser tomber personne, alors qu’il arrivait comme liquidateur et n’avait aucune obligation en la matière».

Malgré tout, la transition est difficile pour de nombreux salariés, en souffrance. «C’est le dernier Noël chez Whirlpool, signale Marie-José Miguel. Des gens ont pété les plombs.» Une cellule psychologique a été mise en place. Des infirmières se relaient sur le site. Reste à passer à l’étape suivante. «C’est dur de faire son deuil d’une époque. Mais il faut repartir au travail», enjoint, volontaire, Patrice Sinoquet.

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article