Leclerc refuse d’arrêter la guerre des prix

Publié le par angeline351

Michel-Edouard Leclerc rejette l’idée d’un relèvement du seuil de revente à perte des produits. Des organisations de PME et de consommateurs l’appuient.

Il n'aura fallu que quelques heures pour que craque le vernis du consensus. Depuis la fin des ateliers 5 et 7 des Etats généraux de l'alimentation, vendredi, un front s'est constitué contre la proposition d'un relèvement du seuil de revente à perte (SRP) des produits. L'idée vise à « rendre les prix d'achat des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs » pour reprendre l'intitulé exact de l'atelier 5 (le 7 traite du sujet connexe des relations commerciales). Le dispositif consisterait à inclure dans le prix d'achat net-net, outre la logistique, les frais de mise en marché, soit environ 15% du prix d'achat. Michel-Edouard Leclerc, l'UFC-Que choisir et la FEEF, syndicat de PME, s'y opposent de façon virulente.

 

 

Le réhaussement du SRP a été proposé par la FNSEA, le syndicat agricole étant appuyé par l'Association nationale des industries alimentaires (Ania) et la Fédération du commerce et de la distribution (FCD). Il permettrait de relever les prix de vente aux consommateurs jusqu'à 15% pour les articles vendus aujourd'hui à prix coûtant, d'augmenter la marge de chacun des acteurs du marché et par ruissellement les revenus des producteurs.


En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/030648129631-leclerc-refuse-darreter-la-guerre-des-prix-2118854.php#J3upYZGYABlipGls.99

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article