Homéopathie : un nouveau rapport dénonce son inefficacité

Publié le par angeline351

Homéopathie : un nouveau

rapport dénonce son inefficacité

L'homéopathie ne vaut pas plus qu'un placebo, rappelle le Conseil scientifique des Académies des sciences européennes (Easac), dans une déclaration de son conseil scientifique, regroupant 27 pays. 

 Les revendications en faveur de l'homéopathie sont invraisemblables et incompatibles avec les concepts scientifiques établis » affirme un rapport de l'Académie des Sciences Européennes, publié fin septembre. 

L'homéopathie, un effet placebo auquel les malades croient


L'Académie a estimé nécessaire de prendre une nouvelle fois la parole sur le sujet de l'homéopathie, car elle estime qu'il existe des motifs sérieux d'inquiétude pour la santé et la sécurité des patients. La promotion de l'homéopathie peut en effet retarder la prise en charge de certaines pathologies à l'aide de traitement appropriés, et reconnus.

De plus, les allégations autour de l'homéopathie, qui ne sont en rien fondées rappelent les sages, peuvent saper la foi du public dans la nature et la valeur de la preuve scientifique. 

 

Le problème de l'homéopathie, explique encore le rapport, c'est qu'elle n'est pas plus efficace qu'un placebo, dont les malades, individuellement, ne peuvent pas avoir conscience. En effet, l'effet placebo - c'est à dire le fait que sur une centaine de personnes recevant un médicament inerte, entre 25 et 30 % ressentent des effets de celui-ci et voient effectivement leur état de santé s'améliorer - ne peut être percu par des individus isolément.

 

La Sécurité Sociale ne devrait pas rembourser l'homéopathie

 

« Il n'existe pas de maladies connues pour lesquelles il existe des preuves robustes et reproductibles que l'homéopathie est efficace au-delà de l'effet placebo » disent encore les sages dans leur rapport.

L'Académie dénonce, ou plutot, déplore également que l'homéopathie ait fait une percée dans le monde animal, et soit donc utilisé par certains vétérinaires et éleveurs, là encore, en lieu et place de traitements à l'efficacité reconnue. « Il n'y a pas de preuve rigoureuse pour étayer l'utilisation de l'homéopathie en médecine vétérinaire et il est particulièrement inquiétant lorsque de tels produits sont utilisés de préférence aux médicaments fondés sur des preuves pour traiter les infections du bétail ».

A tout cela l'Académie ajoute que les systèmes de santé publics européens « ne devraient pas rembourser les produits et les pratiques homéopathiques, à moins qu'ils ne soient démontrés comme étant efficaces et sûrs par des tests rigoureux » , et que « la composition des remèdes homéopathiques devrait être étiquetée de manière similaire à d'autres produits de santé disponibles, avec une description précise, claire et simple des ingrédients et de leurs quantités présentes dans la formulation ».

Et d'ajouter, pour conclure, que « la publicité pour les préparations homéopathiques vantant leur efficacité, sécurité et qualité ne devraient pas être faites sans preuve démontrable et reproductible »

 

Publié dans SANTE, SERVICE PUBLIC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article