Assurance chômage, apprentissage : le gouvernement veut passer à l’acte 2

Publié le par angeline351

Assurance chômage, apprentissage : le gouvernement veut passer à l’acte 2

e gouvernement d’Edouard Philippe entend à présent se concentrer sur la deuxième grande réforme : celle de l’assurance chômage, de la formation professionnelle et de l’apprentissage

Critiqué pour mener une politique jugée trop favorable aux "riches", le gouvernement se réunit en séminaire dimanche après-midi, pour préparer les grands chantiers d’ici à la fin de l’année. En pleine bataille budgétaire, le projet de loi de finances (PLF) et son pendant pour la Sécurité sociale, le PLFSS, devraient occuper le menu de la rencontre. 

Une taxe sur les voitures de grand luxe ?

La réforme de l’impôt sur la fortune devrait aussi être abordée. En effet, face à la polémique autour de l’injustice de voir yachts ou autres lingots d’or échapper à l’impôt, la copie a dû être revue. Richard Ferrand, patron du groupe LREM à l’Assemblée, portera finalement lui-même un amendement visant à taxer, à raison de 30 à 200.000 euros par an, les résidents français propriétaires de bateaux de plus de 30 mètres. 

Les députés LREM devraient également proposer d’augmenter la taxe sur la cession des matières précieuses et de créer une taxe sur les voitures de grand luxe.

Assurance chômage, apprentissage…

Les ordonnances réformant le droit du travail étant signées, l’exécutif compte à présent mettre le cap sur sa deuxième grande loi de "transformation" économique et sociale. A savoir : la réforme de l’assurance chômage, de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Emmanuel Macron recevra les syndicats jeudi et vendredi à l’Elysée, comme il l’avait fait fin mai sur le droit du travail. Edouard Philippe prendra le relais, sans doute la semaine suivante. 

Les syndicats en embuscade

Si les ordonnances de la loi travail doivent encore être ratifiées par le Parlement fin novembre pour entrer pleinement en vigueur, les syndicats n’ont peut-être pas dit leur dernier mot.

Lundi, leurs dirigeants discuteront d’une action commune contre ces ordonnances. La contestation a été relancée chez FO et la CFDT, dont les dirigeants conciliants sur ce dossier sont soumis à une pression de leur base.

Reste à savoir si ce regain de tension ne parasitera pas les premières discussions autour de la deuxième vague de réforme sociale? 
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article