Travail : la belle rentrée du bon élève libéral

Publié le par angeline351

Travail : la belle rentrée du bon élève libéral

Les ordonnances sur le droit du travail se sont montrées sorties d’un moule libéral et salué par ses thuriféraires, relayés par une bonne part de la presse. Aperçus.

Le Figaro 
Le satisfecit de l’OCDE au gouvernement est proche du 20/20 : Mis à part sur les retraites, l’organisation juge que les priorités fixées par Emmanuel Macron sont les bonnes. Il est à gager que l’heure de la retraite ne devrait d’ailleurs pas tarder à sonner.

Challenges 
Les petits maîtres libéraux ne peuvent cacher leur joie : Angel Gurria, l’exubérant secrétaire général de l’OCDE, a profité jeudi 14 septembre de la présentation de la copieuse étude de son institution sur l’état de l’économie de la France pour faire part de son soutien enthousiaste au programme de réformes d’Emmanuel Macron. Flexibilisation du marché du travail, investissement dans la formation professionnelle, allègement des prélèvements au service de la compétitivité, taille dans les dépenses publiques : d’inspiration libérale, l’agenda du président français correspond point par point à la liste de recommandations que l’organisation de coopération économique (regroupant 35 pays les plus riches) a fait à la France depuis vingt ans, et s’attire donc les mêmes éloges que celles déjà exprimées, en juillet, par l’autre grande institution économique internationale, le FMI. Toux deux ravis que le bon élève appliqué sache si bien suivre à la lettre. À quand le triple A d’honneur ?

La Tribune 
Même enthousiasme du côté du CPO (conseiller principal d’orientation). Pierre Gattaz, président du Medef : depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron, ça va dans le bon sens et ça me rend enthousiaste pour le pays. Les ordonnances sur la réforme du droit du travail, par exemple, vont enfin donner la possibilité aux entreprises de directement dialoguer avec leurs salariés. Et de leur montrer tout leur poids. Bref, c’est une belle avancée qui va favoriser la confiance pour le redressement du pays. Et l’abaissement du coût du travail.

Les Échos
Un camarade de classe témoigne à propos des « fainéants ». Bruno Le Maire, ministre : Le président a pointé du doigt ceux qui, par dogme ou conservatisme, ont laissé le pays dériver, certainement pas les Français ni les manifestants ! L’important est que nous valorisions davantage le travail. Toute la transformation que nous engageons vise justement à mieux rémunérer ceux qui ont un emploi. La société française souffre du manque de reconnaissance du travail. Ou de reconnaissance au travail ?

Le Point 
Sensible, Bruno Le Maire a accueilli l’étude de l’OCDE comme un encouragement. L’institution suggère aussi d’abaisser l’importante masse salariale de la fonction publique, qui est nettement supérieure à la moyenne de l’OCDE, et de s’attaquer à l’inefficacité des dépenses publiques, notamment en poursuivant la rationalisation des collectivités territoriales qui permettrait de réaliser des économies substantielles [...]. Les réformes du marché du travail engagées par le gouvernement sont cruciales et en ligne avec nos recommandations, s’est félicité Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE, professeur d’idées libérales pas peu fier de voir réciter son évangile sur le bout des doigts de la main invisible. Ainsi les « bons » élèves rejoignent les maîtres.

 

Commenter cet article