Réforme du Code du travail : qu'en pensent les syndicats ?

Publié le par angeline351

Réforme du Code du travail : qu'en pensent les syndicats ?

RÉACTIONS - "La CFDT est déçue" par les ordonnances sur le Code du travail présentées jeudi matin, tandis que Philippe Martinez déplore "la fin du contrat de travail".

Après avoir présenté les ordonnances relatives à la réforme du Code du travail aux partenaires sociaux dans la matinée, le Premier ministre Édouard Philippe a défendu jeudi midi 31 août "une réforme ambitieuse, équilibrée et juste".

Les syndicats ne sont pas de son avis. "La CFDT est déçue", a déclaré son secrétaire général, Laurent Berger, à sa sortie de Matignon, jugeant que "cette réforme n'est pas à la hauteur". Malgré une "concertation loyale et sincère" avec le gouvernement, il a exprimé sa "profonde déception face à l'opportunité qui était de faire du dialogue social un élément central de la gouvernance des entreprises".

"IL RESTE DES POINTS FONDAMENTAUX DE DÉSACCORD"

Parmi les mesures qui "l'inquiètent" : "la possibilité dans les entreprises de moins de 20 salariés d'avoir des décisions quasi unilatérales de l'employeur". Une inquiétude partagée par Jean-Claude Mailly.

Le patron de Force ouvrière s'est félicité de plusieurs points, tels que la consolidation de la branche, mais estime qu'il "reste des points fondamentaux de désaccord". "On va continuer à se battre sur les décrets", a-t-il prévenu.

"LA FIN DU CONTRAT DE TRAVAIL", POUR LA CGT

"Toutes les craintes que nous avions sont confirmées et la crainte supplémentaire c'est évident et c'est écrit : c'est la fin du contrat de travail", a de son côté déploré le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez.

"Ce qu'on nous présentait comme une révolution, c'est la continuité de ce qui a été fait précédemment", a ajouté M. Martinez en référence à la loi El Khomri, en soulignant que "la mauvaise surprise ce sont les ruptures conventionnelles collectives". "Est ce que c'est une façon d'éviter un PSE (plan de sauvegarde de l'emploi)? s'est il interrogé.

Le responsable syndical a réitéré son appel aux "travailleurs, retraités, et jeunes à aller dans la rue le 12 septembre", date où la CGT appelle à une journée de mobilisation. Malgré leur mécontentement, la CFDT et FO ne seront pas de la partie

"Le combat syndical ne se résume pas à la rue, il est tous les jours dans les entreprises", a déclaré Laurent Berger, tandis que Jean-Claude Mailly a expliqué qu'"il y a des grognards fidèles et des grognons capricieux". Lui-même se range dans la première catégorie.

 

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article