Obsolescence programmée : première plainte en France

Publié le par angeline351

Obsolescence programmée : première plainte en France

Les fabricants d’imprimante sont accusés de raccourcir intentionnellement la durée de vie de leurs produits. Une plainte en obsolescence programmée à l’encontre de plusieurs entreprises leaders du secteur vient d’être déposée en France.

Les fabricants d’imprimantes accusés de réduire la durée de vie de leurs produits

C’est une première en France ! Une association de consommateurs a annoncé cette semaine avoir déposé une plainte en obsolescence programmée et tromperie auprès du Procureur de la République de Nanterre. Cette action juridique vise des fabricants d’imprimantes, accusés de réduire délibérément la durée de vie des matériels qu’ils commercialisent.

Dans un communiqué diffusé sur leur site, l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP) s’indigne de ce que les fabricants de différentes marques usent de techniques frauduleuses pour pousser leurs clients à consommer plus et plus souvent. Parmi ces techniques, l’association note que « des éléments des imprimantes, tel que le tampon absorbeur d’encre, sont faussement indiqués en fin de vie », ou encore que les impressions peuvent être bloquées « au prétexte que les cartouches d’encre seraient vides alors qu’il reste encore de l’encre ».

L’obsolescence programmée est punie de deux ans de prison et 300 000 € d’amende

La Justice française devra désormais se pencher sur ces pratiques qui sont qualifiées de délit depuis l’adoption de la loi de Transition énergétique en 2015. Si elles étaient reconnues coupables, les entreprises concernées pourraient écoper d’une peine de deux ans de prison ferme ainsi que d’une amende de 300 000 € qui pourra être portée jusqu’à 5 % de leur chiffre d’affaires.

Si les fabricants d’imprimantes seront les premiers à devoir rendre des comptes, l’association HOP s’engage depuis deux ans à démasquer les pratiques frauduleuses de nombreuses entreprises. Collants, téléphones mobiles, électroménager sont autant de produits du quotidien qui sont entrés dans le viseur de ce collectif. Affaire à suivre

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article