MMA aurait « oublié » de rembourser 350 millions à ses clients

Publié le par angeline351

MMA aurait « oublié » de rembourser 350 millions à ses clients

L’assureur aurait forcé de nombreux clients à souscrire des prêts, sans qu’ils ne s’en rendent compte, et ces derniers n’auraient jamais été remboursés.

MMA soutire de l'argent à ses sociétaires

C’est le Canard Enchaîné qui est à l’origine de la révélation de ce scandale qui vient éclabousser l’image de marque de l’assureur. D’après le journal satirique, MMA aurait « oublié », certains diront « volé », 350 millions d’euros à ses clients. Comme dans tout braquage, il faut faire preuve d’ingéniosité pour ne pas se faire remarquer. À ce sujet, la technique de l’assureur, pointé du doigt, est imparable.

Selon le document que le Canard s’est procuré, destiné initialement au seul comité exécutif de l’assureur, on apprend que MMA aurait forcé des millions de clients à souscrire à leur insu un emprunt. Officiellement, MMA voulait constituer un « fonds social complémentaire ». De l’argent que MMA aurait « oublié » de rendre aux souscrivants. Le problème, c’est que les sommes sont importantes.

Le délait de prescription joue en faveur de l'assureur

En effet l’emprunt total s'élève à 260 millions d’euros, voire 350 millions d’euros si l’on prend en compte les intérêts que devraient légitimement percevoir les sociétaires de MMA. Il faut dire que l’affaire n’est pas récente. Ces prêts obligatoires auraient été émis entre 1972 et 1988, que les intérêts sont de 5 % par an, et qu’ils devaient être remboursés au bout de 20 ans. Tout cela pouvant justifier en partie l’importance des sommes en jeu. 

Le document confidentiel précise également qu'excepté 10 personnes par an, les clients concernés ne penseraient pas à réclamer leur argent. Sans doute car l'assureur s'est bien gardé de leur rappeler. À noter également que depuis 2008, la prescription légale de la dette a été ramenée à cinq ans au lieu de trente. Théoriquement, depuis 2013, l’assureur n’est plus tenu de rembourser et ne risque rien. Si ce n’est un beau coup de griffe dans son image de marque.

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article