Le TGV devient franco-allemand avec la fusion d'Alstom et Siemens

Publié le par angeline351

Le TGV devient franco-allemand avec

la fusion d'Alstom et Siemens

Le français Alstom et l'allemand Siemens pour donner naissance à "Siemens Alstom" et à un nouveau TGV franco-allemand. 

Le français Alstom et l'allemand Siemens vont fusionner "entre égaux"..

 

Le français Alstom et l'allemand Siemens pour donner naissance à "Siemens Alstom" et à un nouveau TGV franco-allemand. 

Le français Alstom et l'allemand Siemens vont fusionner "entre égaux" leurs activités ferroviaires, une alliance économique pour contrer le géant chinois CRRC mais aussi politique, discutée entre l'Elysée et la chancellerie. Cette alliance va donner naissance à "Siemens Alstom", numéro deux mondial - en volume - pour le matériel ferroviaire roulant et au numéro un pour la signalisation. Le TGV deviendra donc franco-allemand dans un premier temps mais l'accord prévoit que Siemens pourra monter au-delà de 50,5% du capital au bout de quatre ans.

Le consortium allemand apportera ses activités ferroviaires et recevra en échange la moitié du capital d'Alstom. Le nouveau groupe sera coté à la Bourse de Paris et son siège sera basé en région parisienne, selon un communiqué commun d'Alstom et Siemens publié mardi soir, à l'issue des conseils d'administration et de surveillance des deux groupes. L'actuel PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, restera à la tête du nouveau groupe, dont le conseil d'administration sera composé de 6 administrateurs désignés par Siemens, 4 administrateurs indépendants et le PDG. L'Etat français, en revanche, n'y siégera pas. Il est actuellement actionnaire d'Alstom via des actions prêtées par Bouygues et, dans ce communiqué, "confirme mettre fin au prêt de titres (...) et n'exercera pas les...

 

La fusion Alstom-Siemens, la fin du capitalisme industriel français d’après-guerre

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article