Comment la Halle compte repartir du bon pied

Publié le par angeline351

Comment la Halle compte repartir du bon pied

 

L'enseigne de textile et de chaussures va miser sur les petits prix pour reconquérir la clientèle populaire.

Et revoilà les chaussures à 19 euros, les pulls à 9,99 euros à la Halle. Mercredi, Philippe Tirache, le directeur général de la célèbre enseigne de textile et de chaussures, a dévoilé son plan de relance après la fermeture de 20 % de ses magasins en France — les moins rentables — et la suppression de 450 postes ces derniers mois. Nouvelle cible, nouvelle campagne de publicité, nouvelle collection et promesses de petits prix : tel est le cocktail de rentrée de la Halle, qui vise l'objectif ambitieux de 1,2 milliard de chiffre d'affaires en 2020, soit une croissance de ses ventes de 20 %.
 
«Nous voulons nous adresser à la mère de famille âgée de 30 à 35 ans, souligne Philippe Tirache, nouvellement arrivé à la Halle et ancien directeur d'une autre enseigne bien connue des Français, Kiabi. L'idée, c'est de revenir à une mode unanimiste destinée à une clientèle populaire et multiculturelle», poursuit-il.
 
«Family-store»

 
Un retour aux sources pour la Halle, enseigne créée en 1981, implantée principalement en périphérie des petites et moyennes villes de province et qui veut reconquérir les clients qu'elle avait perdus depuis 2014 et son virage stratégique raté. «Pendant la crise économique, le pouvoir d'achat a baissé et nous, on augmentait nos prix de 30 % en moyenne. C'était un très mauvais choix, rappelle Karim Cheboub, délégué CGT. Pendant ce temps, nos clients sont partis chez Kiabi, le leadeur du marché.» Le choc a été brutal. A partir de 2014, la Halle, ancien fleuron du premier groupe textile français Vivarte (Caroll, Naf-Naf, Kookaï), dégringole, devenant le symbole de la crise de l'habillement en France.

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article