La Halle aux chaussures de Nancy ferme définitivement ses portes fin Août

Publié le par angeline351

 

 

Ce 31 Août, les 12 salariés de la Halle aux chaussures de Nancy ne travailleront plus sur la rue Saint-Jean. Le plan de sauvegarde de l'emploi à la Halle aux chaussures signé en juin par les syndicats prévoit la suppression de centaines de postes dont une vingtaine en Meurthe-et-Moselle.

En janvier dernier, le groupe Vivarte dont fait partie la Halle aux chaussures, a annoncé la suppression de centaines de postes et la vente d’enseignes emblématiques, comme Naf Naf, André ou Kookaï. Une décision prise par le groupe criblé de dettes. Le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) à la Halle aux chaussures a été validé en juin par les syndicats. En Meurthe-et-Moselle, une vingtaines de salariés sont touchés par ces suppressions de postes. Les magasins de l'enseigne basés à Frouard, Toul, Écrouves et Nancy sont concernées. Ce 31 Août, les 12 salariés de la Halle aux chaussures de Nancy ne travailleront plus sur la rue Saint-Jean.

" On ne réalise pas encore "

Sur les vitrines de la Halle aux chaussures à Nancy les affiches " liquidations totales" ne laissent pas de place aux doutes. Sophie Vinet, responsable du magasin depuis une vingtaine d'années, sait que la boutique va fermer "mais c’est encore flou dans nos têtes. On ne réalise pas encore" explique-t-elle. Après la période départs volontaires qui a eu lieu en juillet, le groupe Vivarte doit faire des propositions de postes en interne aux employés restants. Ceux qui refuseront seront licenciés en octobre selon la responsable de l'enseigne à Nancy. Gérard Schneppe, salarié et délégué CGT de la Halle aux chaussures de Nancy, travaille pour le groupe Vivarte depuis une quarantaine d'années :

Il va falloir que je retrouve du travail sûrement mais ce n’est pas évident à 57 ans." Gérard Schneppe - salarié

" Nous ne voulons plus entendre parler de Vivarte"

Ce n'est pas la première fois qu'un magasin du groupe Vivarte ferme sur la rue Saint-Jean à Nancy. En 2014 l'enseigne Beryl, une ancienne filiale de Vivarte, avait fermé ses portes pour laisser sa place à la Halle aux chaussures. La responsable du magasin à Nancy, Sophie Vinet, est lassée de la situation :

Je vais parler au nom de toutes les filles et des hommes du magasin : nous ne voulons plus entendre parler de Vivarte. La plupart d’entres nous veulent quitter la vente et le commerce. On est un petit peu dégoûté.

Dans les Vosges, les enseignes la Halle aux chaussures d’Épinal, de Rupt-sur-Moselle et de Sainte-Marguerite vont fermer. En France, plus de 400 salariés de la Halle aux Chaussures sont concernés par ces suppressions de postes.

Publié dans Information

Commenter cet article