France-FO interpelle Macron sur la réforme du Code du travail

Publié le par angeline351

 

France-FO interpelle Macron sur la réforme du Code du travail

* Le gouvernement rencontre les partenaires sociaux cette 
semaine 
    * Encore du temps pour peser sur les négociations 
    * Une loi qui va donner le "la", dit Jean-Claude Mailly 
 
    PARIS, 22 août (Reuters) - Le secrétaire général de Force 
ouvrière a demandé mardi à Emmanuel Macron de trancher en faveur 
des revendications des syndicats dans les discussions sur la 
réforme du code du travail, qui entre cette semaine dans la 
dernière ligne droite. 
    "Il y a encore des points lourds qui ne sont pas tranchés", 
a dit Jean-Claude Mailly sur France 2. "C'est au président de la 
République de choisir : ou il veut que ça se passe correctement 
mais il faut qu'il écoute, lui et son gouvernement, ou il fait 
un autre choix de passer en force et il y aura tension." 
    Le gouvernement présente cette semaine aux organisations 
patronales et syndicales les principales mesures visant à 
réformer le Code du travail.   
    Les ordonnances ne seront toutefois pas présentées dans leur 
intégralité, certains points de cette réforme hautement sensible 
n'étant pas encore arbitrés. 
    Autant du côté patronal que syndical, on espère donc encore 
peser sur les négociations.  
    "On attend bien évidemment des mesures fortes pour les 
PME-TPE, comme le fait qu'on puisse négocier dans l'entreprise, 
qui est quand même la ligne directrice", a ainsi dit Thibaut 
Lanxade, vice-président du Medef, sur Europe 1.  
    Une opinion partagée par l'organisation patronale des PME.  
    "Les thématiques abordées sont les bonnes", a dit à France 
Inter le président de la CPME, François Asselin, pour qui il 
faut "toiletter" et "simplifier" tout ce qui touche au dialogue 
social, notamment dans les petites entreprises. 
         
    UN CLIMAT SOCIAL TENDU 
    Pour l'instant, les organisations syndicales se sont prêtées 
au jeu des concertations. Seule la CGT, soutenue par Solidaires, 
a annoncé des mobilisations le 12 septembre prochain.  
    Force ouvrière, qui avait défilé aux côtés de la CGT contre 
la loi Travail, dite "loi El Khomri", au printemps dernier, 
souligne cette fois l'écoute du gouvernement actuel.  
    FO dit être parvenue à se faire entendre sur certains points 
clés de la réforme, comme le renforcement des prérogatives des 
branches et l'augmentation des indemnités légales de 
licenciement.   
    Mais son secrétaire général juge le climat social tendu,  à 
l'instar de son homologue de la CFDT, Laurent Berger, qui avait 
qualifié la situation de "vraie poudrière".   
    "Il y a une dose d'incertitude forte. C'est le premier gros 
dossier sur le plan économique et social, cette loi Travail. 
D'une certaine manière, ça va donner le 'la'", dit Jean-Claude 
Mailly. "Si ça tend, ce sera avec tous les syndicats, on ne va 
pas se faire d'illusions".  
    Le député La République en marche (LREM), Matthieu Orphelin, 
ne doute pas de la réussite de la réforme.  
    "On est en démocratie, les uns et les autres ont le droit 
d'exprimer leurs désaccords", a dit l'élu sur Europe 1. 
    "Je pense que ce qui va sortir, dans la version finale du 
contenu des ordonnances la semaine prochaine, va permettre de 
rassurer le plus grand nombre de Français et de Françaises sur 
le fait que cette réforme du dialogue social et du code du 
Travail est positive pour le pays, aussi bien pour les salariés 
que pour les patrons", a-t-il dit. 

Commenter cet article