EasyJet : des pilotes français dénoncent un programme de vols « irréaliste »

Publié le par angeline351

Selon le syndicat français SNPL, easyJet programme plus de vols qu’elle n’a les moyens d’en réaliser. D’où des retards et des annulations.

C'est ce qu'on appelle mettre les pieds dans le plat. Alors que les aéroports européens font face à un afflux de voyageurs sans précédent cet été, la section SNPL des pilotes français d'easyJet dénonce un « programme de vols irréaliste », susceptible de menacer « la sécurité des passagers ». Dans une lettre ouverte au fondateur et principal actionnaire de la compagnie, Stelios Haji-Ioannou, les représentants des pilotes sous ­contrat français affirment que la volonté de maximiser les profits en période estivale pousse la compagnie à programmer plus de vols qu'elle ne peut en réaliser. Ce qui expliquerait, selon eux, la multiplication des retards et annulations de dernière minute, en forte hausse cet été.

Sur le seul mois de juillet, easyJet a dû annuler pas moins de 541 vols, contre 350 en juillet 2016, pour un trafic en hausse de 8,9 %. « C'est le client qui malheureusement se retrouve victime de cette spirale infernale avec des annulations de vols quotidiennes, des agents qui ne savent pas quoi leur répondre ni même leur trouver une chambre d'hôtel », écrit le SNPL. « On demande maintenant aux commandants de bord d'utiliser [...] leur pouvoir discrétionnaire pour dépasser les limites légales de temps de vols [...] afin d'assurer ce programme de vol irréaliste, au mépris de la sécurité des passagers et des équipages. »

Problèmes de rotations

Le syndicat français ne profère aucune menace de grève, mais demande que les pilotes soient au minimum associés à l'élaboration du programme. « Quand le centre des opérations de Luton prévoit des rotations en 30 minutes, avec un temps de roulage de 10 minutes à Roissy-CDG, on sait très bien que c'est impossible », explique l'un de leurs représentants.

Des accusations catégoriquement rejetées par la compagnie, qui se dit « surprise par cette initiative ». « EasyJet ne fait aucun compromis sur la sécurité », affirme un communiqué. « Nous ne faisons pas non plus voler nos équipages au-delà des limites légales », ajoute un porte-parole. La compagnie orange, qui a transporté plus de 78 millions de passagers sur les 12 derniers mois, dont 17 millions en France, souligne avoir enregistré « moins de 0,8 % de vol retardé de plus de 3 heures sur l'ensemble du réseau ». Et la plupart de ces retards n'auraient « rien à voir avec l'organisation de nos vols » mais seraient dus à « des éléments extérieurs ». « En juillet, la fermeture d'une piste à l'aéroport de Londres-Gatwick nous a contraints à annuler une centaine de vols », souligne le porte-parole d'easyJet.

 

Le syndicat de pilotes britannique Balpa n'a pas réagi au communiqué de leurs collègues français. Fin 2016, la majorité de ses adhérents avaient toutefois ratifié un accord sur les temps de travail à easyJet. Contrairement à leurs collègues français, dont le temps de travail est plafonné à 10 h 45 par jour, les pilotes britanniques peuvent aller jusqu'à la limite européenne de 12 heures, avec la possibilité de voler 2 heures de plus en cas de circonstances exceptionnelles et si le commandant de bord juge l'équipage en état de le faire. Une différence de règles qui, de l'avis d'un pilote français, pourraient bien expliquer une partie des problèmes de programme. « Certains agents du planning de Luton [où est situé le siège d'easyJet, NDLR] ignorent tout simplement les règles françaises. »


 

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article