Code du travail : Pénicaud cherche à valoriser les syndicats

Publié le par angeline351

Code du travail : Pénicaud cherche à valoriser les syndicats

Un rapport sur la valorisation des parcours syndicaux a été remis à la ministre du Travail, dans le but de renforcer le dialogue social et économique.

Voilà qui devrait quelque peu faciliter la tâche des équipes du gouvernement qui planchent actuellement sur la réforme du Code du travail. Ils viennent en effet de recevoir le rapport sur les meilleures pratiques en matière de reconnaissance et de valorisation des compétences des représentants du personnel et des syndicats, rédigé par Jean-Dominique Simonpoli à la demande de Muriel Pénicaud. Ancien secrétaire général de la fédération CGT des banques et assurances, il est aujourd'hui directeur général de l'association Dialogues, un lieu de rencontres, de réflexions et d'échanges entre des syndicalistes et des DRH.

Généraliser les entretiens de fin de mandat, renforcer le rôle des branches pour valoriser les acquis professionnels, encourager les formations communes entre employeurs et représentants des salariés… Le rapport liste des propositions concrètes pour rendre plus attractif les mandats d'élus du personnel et le syndicalisme au sein des entreprises. «Tout l'enjeu de la réforme que nous portons est de faciliter et de renforcer le dialogue social et économique», insiste la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

C'est en effet l'objectif du gouvernement, qui prévoit en particulier de renforcer la négociation entre salariés et employeurs au niveau de l'entreprise. En outre, l'exécutif entend fusionner les délégués du personnel (DP), le comité d'entreprise (CE) et le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) en une instance unique pour rationaliser le débat au sein de l'entreprise.

Pour ce faire, ce dialogue doit passer «par des règles simples et efficaces, mais aussi par la valorisation et la présence des représentants syndicaux légitimes, responsables et bien formés. S'engager dans un mandat d'élu du personnel ou de délégué syndical requiert sens de l'intérêt général, courage individuel et formation adaptée», estime la ministre du Travail.

Publié dans Information, eurodif-fo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article