Une pétition pour exiger l’interdiction des assiettes en styrofoam

Publié le par angeline351

Une pétition pour exiger l’interdiction des assiettes en styrofoam

Les initiateurs de la pétition visent 5000 signataires. Pour l’heure, seulement 154 personnes ont participé à l’exercice.

« Nous, signataires de la présente pétition demandons au gouvernement haïtien de faire appliquer l’arrêté ministériel du 10 juillet 2013 qui interdit de produire, d’importer, de commercialiser et d’utiliser, sous quelque forme que ce soit, des sacs en polyéthylène et objets en polystyrène expansés (PSE ou PS ou styrofoam) à usage alimentaire unique, tels que plateaux, barquettes, bouteilles, sachets, gobelets et assiettes ».

Cette requête introduite par le Collectif Alternatiba sur la plateforme de pétition Avaaz a été déjà paraphée plus de 154 fois. Pour ses signataires, les ustensiles en styrofoam sont un « cancer », « une bombe à retardement qui « bouche les égouts » et « pollue ». Cette bombe « ne se décompose pas, il ne se recycle pas, il se disloque en infimes particules polluantes. Sa fumée, quand on le brûle, est toxique. »

Ce qu’on appelle « bwat manje, anbwate, fòm, foam ou styrofoam », continue la pétition, « embarrasse (…) les décideurs politiques et les organisations bien pensantes car tous l’utilisent. Et, tous sont hors la loi, depuis l’arrêté ministériel du 10 juillet 2013 « interdisant la production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation, sous quelque format que ce soit, des sacs en polyéthylène et des intrants et objets en polystyrène expansé (PSE ou PS cristal ou styrofoam) à usage alimentaire unique, tels que plateaux, barquettes, bouteilles, sachets, gobelets et assiettes ».

Comme mentionné dans Alterpresse, deux fois, 9 aout 2012 et 10 juillet 2013 , il a été interdit d’importer et d’utiliser la vaisselle en polystyrène expansé ou styromousse (« styrofoam » en anglais) en Haïti. La première interdiction, qui est entrée en vigueur le 1er octobre 2012, fait partie d’un arrêté qui a également prohibé l’utilisation de « sachets en polyéthylène noir », les sacs utilisés par la plupart des vendeurs et vendeuses dans les rues, ainsi que dans les pépinières partout dans le pays.

Depuis, rien n’est fait. L’importation continue. Et l’utilisation n’a souffert d’aucun répit.

Publié dans Information

Commenter cet article