Semperit à Argenteuil : les salariés attaquent leur employeur au tribunal

Publié le par angeline351

Semperit à Argenteuil : les salariés attaquent leur employeur au tribunal

Ils ont lancé une procédure en référé. L’audience a été renvoyée au 2 août prochain.

Les salariés de Semperit d’Argenteuil - usine de 88 salariés menacée de fermeture d’ici à la fin de l’année - ne lâcheront pas leur usine si facilement. Après l’organisation de plusieurs rassemblements et blocages devant leur site où ils ont reçu le soutien de nombreux élus de gauche, ils passent désormais à l’action en justice.

Ce mercredi, ils étaient au tribunal de Pontoise où ils assignaient en référé au civil leur employeur. Ils remettent en cause différentes « irrégularités » dans la procédure engagée par Sempertrans France Belting Technology (SFBT), filiale du Groupe Semperit, en vue de la fermeture du site. Mais l’audience a été renvoyée au 2 août prochain suite à une erreur d’orientation du dossier. L’avocat des salariés, Me Abdelkader Hamida, explique notamment que la loi impose depuis 2015 une consultation annuelle du comité d’entreprise sur les orientations stratégiques de l’entreprise. « Cette consultation n’a jamais eu lieu, il y a un défaut de consultation du CE préalable au plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) annoncé le 30 juin », souligne-t-il.

 Ils pensaient qu’ils allaient plier le dossier en 15 jours ? », s’insurge Abid Mohammed, délégué du personnel (FO) et membre du CHSCT, venu assister à l’audience avec une quinzaine de salariés. « Nous dénonçons le PSE tel qu’il a été présenté aux salariés », ajoute Omar Quanboue, délégué suppléant CGT. Ces dernières semaines, les discussions entre la direction et les représentants du personnel se sont crispées autour du calendrier des négociations qui durent normalement deux mois. Ces dernières devaient donc aboutir à un accord fin août, alors même que l’usine ferme ses portes durant ces quatre semaines d’été. Finalement, les salariés ont obtenu une première victoire en parvenant à un accord avec la direction qui décale la fin de la procédure au 13 octobre. Dès la rentrée, deux mois d’âpres négociations vont donc démarrer.

La direction ne souhaite pas s’exprimer sur l’action en justice entamée à l’initiative des salariés tant que l’audience n’a pas eu lieu. « Mais cette dernière est à dissocier de la procédure d’information consultation entamée avec les représentants du personnel depuis le 30 juin », insiste-t-on à la direction.

Toujours est-il que la décision du tribunal, qui devrait être rendue dans la semaine du 2 août, devrait avoir un impact sur la procédure du PSE.

Ce jeudi, les salariés bloqueront une nouvelle fois leur usine dès 11 h 30. Ils ont également mis en ligne une pétition pour dire « non à la fermeture ». Cette dernière a recueilli près de 350 soutiens.

Publié dans Information, COMMUNIQUE FO

Commenter cet article