Le Handicap aujourd'hui - Promesses non tenues dans une société inhospitalière

Publié le par angeline351

 

Le Handicap aujourd'hui - Promesses non tenues dans une société inhospitalière 

Quelle est la situation des personnes en situation de handicap en France ? Les promesses des gouvernements successifs depuis 2005 sont-elles tenues ? Retour sur un sujet occulté : l’accessibilité généralisée (Première partie).

Être handicapé aujourd'hui

    1.    Définition du handicap de manière juridique.

Pour commencer, définissons le handicap. 
La loi n°2005-102 article 114, définit la notion de handicap : « Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant. » 1

    2.     La séparation des valides et non valides

Depuis que la société civilisée s'est construite, elle a développé une culture séparant les valides, des invalides, intégrant des préjugés pour légitimer une « normalité » humaine. Dès lors, tout ce qui pouvait être déviant physiquement, psychiquement, psychologiquement était inégal devant le valide. Depuis le Moyen-âge, nous avons construit l'un des préjugés les plus violents, et encore aujourd'hui, il sévit contre l'inclusion des personnes handicapées. Ce préjugé est « le rejet de la contamination » 2. Combien de personnes ont encore peur d'être avec une personne handicapée ou une personne victime d'une maladie incurable tel le sida, croyant pouvoir être en danger également ? Le rejet de la contamination, c'est la séparation du pur et de l'impur, et la peur que « l'impureté » contamine. Nos sociétés à travers l'Histoire ont toujours séparé les valides et les invalides, caractérisant la normalité et l'anormalité, le pur et l'impur. Au Moyen-âge, les lépreux étaient séparés du reste de la population. Sous l'Ancien Régime se crée l’Hôpital Général, pendant le XXe siècle des hôpitaux psychiatriques, et aujourd'hui, des structures pour les personnes handicapées. Cette séparation a renforcé la figure d'étrangeté du corps handicapé. Pourtant, la personne handicapée a des capacités et des compétences à développer. Même si elle peut être moins efficace que le valide, cela ne constitue pas un statut de sous-humain. Le corps de la personne handicapée présente en elle une différence, faisant partie tant bien que mal de son identité. Un valide n'aura pas cette conscience identitaire vis-a-vis de son corps dit « normal » car justement, il considère en toute logique que c'est ordinaire. Cioran accuse cet état d'esprit dans son livre l'inconvénient d'être née 3 : « La santé est un bien assurément ; mais à ceux qui la possèdent a été refusé la chance de s'en apercevoir... Comme nul ne jouit de son absence d'infirmités, on peut parler sans exagération aucune, d'une punition juste des biens-portants »

Attention, je ne dis pas que cette séparation est bien ou mal, condamnable ou pas, à une époque notamment où la santé n'était pas évoluée. J'explique juste l'histoire de cette séparation des valides et non-valides, pour comprendre comment le corps handicap est devenue une figure d'étrangeté.

    3.    Une société inhospitalière

La personne handicapée vit dans une société où les relations ont été codifiées sans elle. Un système économique où la participation à la création de valeur économique est faite quasiment par les valides, car ils seraient plus productifs. Un environnement construit par les valides pour la masse des valides. Alain Blanc appelle cela « un système valido-centré ». Les normes sociales, les valeurs ont été créées sans la personne handicapée. L'espace doit s'adapter. Toutes les sociétés démocratiques prônant l'égalité entre chaque citoyen peu importe sa différence, font face à un défi des plus grands : adapter ou plutôt transformer une société inhospitalière pour le corps handicapé.

L'accessibilité généralisée est un enjeu majeur dans nos démocraties! L'une des premières barrières qui empêche cela est le coût financier. Transformer l'environnement inhospitalier, c'est mettre des milliards d'euros sur la table. Mais il y a également une demande de formation pour accueillir ses personnes handicapées dans les institutions : par exemple, une personne handicapée visitant un musée. Ou un site touristique, devrait avoir en face de lui un guide, aidé d'un assistant connaissant le langage des signes. Il doit également y avoir une adaptation du matériel normé par les valides : les banques, mairies etc, doivent être munies de signaux auditifs, visuels et sonores pour les handicapés victimes de déficiences sensorielles. Les transports en commun doivent être aménagés, tout comme les trottoirs, les passages piétons... Ici nous avons une grande difficulté  car les diversités et les complexités du handicap peuvent être antagonistes. En effet, clouté un passage piéton pour une personne aveugle est nécessaire, mais ce sera problématique pour une personne en fauteuil roulant. Les collectivités locales devraient, pour la généralisation de l'accessibilité, créer une instance de concertation pour construire un espace accessible aux personnes handicapées : en 2015, seulement 4,59 % des communes de France ont adopté ce plan.

En 2005, le gouvernement de Dominique De Villepin avait promis que l’accessibilité généralisés serai effective dans 10 ans, soit 2015. Mais depuis 2005, les gouvernements de droite comme de gauche n'ont pas tenu leur promesse vis-à-vis de l'accessibilité généralisée. L’État a repoussé le délai à 10 ans, soit 2025.4 Malgré des efforts fait par certaines collectivités locales, nous avons un retard de taille. En effet, selon le rapport Campion, seulement 40 % des collèges sont aux normes. En ce qui concerne les lycées, les statistiques tombent à 20 % selon un rapport de l’Éducation nationale datant de 20155.

Nous devons rendre accessible l'école aux personnes handicapées. La maladie ne peut pas s'adapter, c'est donc à l'école de le faire. Aujourd'hui, 80 % des personnes handicapées ont un diplôme inférieur au BAC. Ils sont d'une part discriminées à l'embauche, et d'autre part rencontrent des difficultés du fait de leur faible niveau de certification.

Justement, parlons de l'emploi des handicapés. La taux de chômage des handicapés est d'environ 20 %6, soit le double du taux de chômage des personnes valides. 
Depuis 19877, la loi impose aux entreprises de plus de 20 salariés d'embaucher au moins 6 % de travailleurs handicapés dans leurs rangs. La loi handicap en 20058 durcit celle de 1987 en donnant des sanctions financières aux entreprises ne la respectant pas. Depuis 2005, nous sommes passés de 2% à environ 4 % en 20129. L'un des problèmes majeurs est que les employeurs ont une vision erronée du handicap. « Pensez handicap », vous verrez un fauteuil roulant. Pourtant, ce handicap ne représente que 3 % d'entre-eux. 45 % sont des maladies invalidantes comme le diabète, le cancer, la sclérose en plaque. Voila pourquoi 80 % des handicaps ne nécessitent pas d'aménagement de postes comme l'explique Lionel Larrieu, directeur handicap et diversité au sein du Cabinet JLO Emploi.10 Les handicapés seraient des producteurs trop lents de valeur économique pour le capitalisme dans une société qui demande de produire plus vite et en masse. En tous cas, que ce soit dans les établissements publics, les transports en commun, dans le système éducatif ou encore dans l'entreprise, la France doit mettre en place des politiques d’accessibilité généralisée pour tenir les promesses formulées il y a 12 ans aujourd’hui. Ce n'est pas une demande de solidarité, mais une demande d'égalité entre les citoyens. Bien sur, c'est une question difficile, complexe aux vues des coûts financiers et matériels que cela engendreraient. Mais dans une société aussi capitaliste, le coût financier n'est pas le problème, mais le devient par refus de construire une société juste et égalitaire.  

 

1https://www.legifrance.gouv.fr

2Sociologie du Handicap – Alain Blanc

3Cioran – De l'inconvénient d'être née

4http://www.affiches-parisiennes.com/l-accessibilite-des-etablissements-publics-repoussee-5493.html

5http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/02/26/accessibilite-des-handicapes-pourquoi-l-echeance-de-2015-n-etait-pas-tenable_4374025_3224.html

6Agefiph - n°2016-2

7LegiFrance - Loi n°87-517 du 10 juillet 1987 EN FAVEUR DE L'EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES

8LegiFrance - LOI n° 2005-102 du 11 février 2005

9http://www.20minutes.fr/economie/948703-20120607-handicap-entreprise-peche-france

10http://www.jlo-emploi.com/journal-20-minutes-lionel-larrieu-groupe-jlo-handicap-travail/

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article