La Fnac et Darty passent sous tutelle allemande

Publié le par angeline351

La Fnac et Darty passent sous tutelle allemande

Artémis, le holding des Pinault, a cédé ses 24 % à Ceconomy, issu d'une scission de Metro.

Cela mettra fin au scénario écrit par Oddo d'une fusion avec Carrefour à l'occasion de l'arrivée d'Alexandre Bompard ! Artémis, le holding de la famille Pinault, a cédé mercredi sa participation de 24,3 % dans Fnac Darty à Ceconomy, la société issue d'une scission du groupe Metro, qui exploite les enseignes MediaMarkt et Saturn. Artémis touchera 452 millions d'euros, réalisant une confortable plus-value, le cours de Bourse ayant presque quadruplé en quatre ans (de 22 à plus de 79 euros). La capitalisation boursière est passée de 365 millions à plus de 2 milliards. On notera que Ceconomy a acheté au prix de 70 euros l'action.

Pour François-Henri Pinault, président d'Artémis, l'opération marque aussi la fin d'une longue sortie de sa famille du secteur de la distribution. Kering, le principal actif d'Artémis, a cédé pêle-mêle le Printemps, Conforama, la CFAO, Pinault Distribution, La Redoute et la Fnac. Pinault-Printemps-Redoute - PPR -, c'est bien fini. Une page se tourne au profit du luxe (Gucci, Saint Laurent) et du sport (Puma). Pour la Fnac, qui a absorbé Darty à l'issue d'une longue bataille boursière contre Conforama, c'est la fin d'un compagnonnage de vingt-trois ans.

Aucune synergie prévue

Sur le plan opérationnel, cela ne change rien. Pour l'instant. Ceconomy aura 3 administrateurs sur 12. «  C'est une opération financière, un changement d'actionnaires minoritaires », dit-on en interne. De fait, aucune synergie n'est prévue, pas même à l'achat, alors que Fnac Darty réalise 7,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires et Ceconomy 22 milliards. De quoi faire plier les Apple et autres Samsung. Ceconomy, avec ses deux enseignes présentes dans 9 pays, n'est autre que le leader européen de l'électrodomestique. Une union à l'achat aurait du sens, alors que Casino et Cdiscount se sont alliés à Conforama et à sa maison mère, Steinhoff, sur ce plan. De son côté, Auchan s'est rapproché de Boulanger, autre concurrent de Fnac Darty.

Sur le plan de la concurrence, l'arrivée de Ceconomy au capital ne devrait pas susciter l'ire de Bruxelles. L'allemand est présent contre la Fnac ou Darty au Portugal, en Espagne et au Benelux, « mais ce sont des petits acteurs sur ces marchés », indique un expert. Et Saturn est sorti de France il y a quelques années.

 

La stratégie d'intégration de Fnac Darty, désormais menée par le tandem Jacques Veyrat-Enrique Martinez, ne va pas varier. Le déploiement d'espaces Darty dans des Fnac et vice versa va s'engager et les deux marques continueront d'essaimer dans les villes petites et moyennes en franchise.

«  Cet investissement financier répond à notre ambition de renforcer notre position en tant que plate-forme européenne leader des activités, des marques et des concepts d'électronique grand public », explique tout de même Pieter Haas, PDG de Ceconomy, dans le communiqué publié. L'accord stipule aussi que, si Ceconomy venait à lancer une OPA sur Fnac Darty ou à revendre ses parts à un tiers qui le ferait, Artémis pourrait prétendre à un complément de prix. L'hypothèse d'une montée au capital de l'allemand est envisagée. Déjà, il fait figure d'actionnaire de référence, le solde des actions étant réparti entre Vivendi (11 %), entré pour soutenir la Fnac dans son OPA sur Darty et qui pourrait sortir un jour, et le public. Les icônes nationales Fnac et Darty sont passées sous tutelle allemande.

 

Publié dans Information

Commenter cet article