Hausse de la CSG : qui va gagner, qui va perdre

Publié le par angeline351

Hausse de la CSG : qui va gagner, qui va perdre

La hausse de la CSG annoncée par le gouvernement d'Edouard Philippe devrait profiter aux salariés au détriment des retraités, des fonctionnaires et des indépendants.

Comme le montrent les simulations réalisées par le JDD avec l'aide de Frédéric Douet, professeur de droit fiscal à l'université de Rouen, le coup de chaud de CSGva faire mal. Ramené en pourcentage, le 1,7 point de plus représente une inflation de 20,73% sur les revenus du capital, de 22,67% sur ceux tirés d'activité. Et de 25,76% sur les pensions, selon les calculs de Frédéric Douet! "Plus l'ancien taux de CSG est élevé, plus la hausse en pourcentage est tassée", commente cet expert fiscal.

Gagnants : les salariés

Les salariés, ceux vers qui la politique fiscale du gouvernement est tournée et en particulier la classe moyenne, en tireront en partie profit. Car la suppression de leur cotisation chômage et maladie absorbera partiellement le passage à 9,2% de la CSG. Un smicard ­empochera ainsi 264 euros en plus par an. Le gain sera d'autant plus important que le salaire est élevé.

Perdants : les retraités, ­indépendants et fonctionnaires

Les premières victimes sont les 8 millions de retraités qui paient la CSG à taux plein (6,6%), c'est-à-dire ceux qui perçoivent plus de 14.375 euros par an pour un célibataire. Les plus pauvres, ­assujettis au taux réduit ou exonérés de CSG, sont épargnés. "Cette mesure rétablit une certaine égalité avec les actifs, estime Christophe de la Mardière, professeur du Cnam. Les retraités ont été sacralisés par les politiques."

Secondes victimes, les fonctionnaires. L'exécutif pourrait décider de supprimer leur cotisation de 1% à l'Unédic, ou leur verser une prime. Les indépendants vont bénéficier d'une fusion du RSI avec le régime général de la Sécurité sociale dès l'année prochaine et accéder à l'assurance chômage.

Le gouvernement dispose d'une dernière carte qui profiterait à tous : il pourrait appliquer le 1,7 point de hausse à la partie déductible de la CSG. Aujourd'hui, 5,1% viennent en réduction du revenu imposable. ­Demain, ce "cadeau" pourrait grimper à 6,8%, ce qui diminuerait le montant de l'impôt payé. 

*Réduction de cotisations chômage et maladie. Tous les revenus sont exprimés ici en net imposable. Les simulations ont été élaborées avec l'aide de Frédéric Douet, professeur de droit fiscal à l'université de Rouen.

Publié dans Information, VOS DROITS

Commenter cet article