Grossesse : ce médicament sera désormais interdit

Publié le par angeline351

Grossesse : ce médicament sera désormais interdit

L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a décidé de limiter drastiquement la prise de valproate, pendant la grossesse. Les risques pour le fœtus seraient en effet trop importants.

Retards de développement et malformations graves

L'ANSM a annoncé jeudi 6 juillet que désormais les médicaments contenant du valporate, comme la Dépakote et la Dépamide, prescrits pour traiter les troubles bipolaires, seraient interdits pour les femmes enceintes. Cette molécule est en effet soupçonnée de provoquer des malformations du fœtus. Ces traitements seront également interdits aux patientes bipolaires en âge de procréer et n'ayant pas une contraception efficace.

Cette annonce fait suite au scandale de la Dépakine et ses dérivés qui ont, selon les estimations de l'ANSM, provoqué des malformations congénitales graves chez 2 000 à 4 000 enfants, depuis 1967. Il faut ajouter au nombre des victimes, les enfants qui ont souffert de retard de développement, de troubles autistiques ou psychomoteurs, après avoir été exposés in utero à ce médicament.

 

Trouver une alternative thérapeutique

À partir du 7 juillet, les médecins n'auront donc plus le droit de prescrire ces médicaments à des femmes enceintes souffrant de troubles bipolaires. Par ailleurs, un pictogramme alertant sur les dangers de la prise de ces traitements pendant la grossesse sera ajouté sur les boîtes des médicaments qui contiendront du valporate. Le directeur général de l'ANSM, Dominique Martin, a invité les femmes souffrant de bipolarité à se rendre chez leur médecin traitant.

Ce dernier trouvera une alternative thérapeutique ou prescrira des moyens de contraception suffisamment efficaces pour que la patiente puisse suivre le traitement sans mettre en danger un éventuel fœtus. Et de rappeler que certaines patientes atteintes d'épilepsie ne pourront pas trouver de traitements alternatifs. Dans ce cas, elles devront être suivies très attentivement par leur médecin.

Commenter cet article