Fonction publique : les syndicats en colère

Publié le par angeline351

Fonction publique : les syndicats en colère

Rétablissement du jour de carence, gel du point d'indice : les syndicats jugent ces mesures « choquantes ».
 

Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, rencontrait ce lundi les représentants syndicaux de la fonction publique dans le cadre du Conseil commun de la Fonction publique. Depuis le 29 juin et la publication du rapport alarmiste de la Cour des comptes, le ministre est en première ligne face aux syndicats, chargé d'appliquer les efforts budgétaires que lui ont demandés le chef d'Etat et son Premier ministre.

12.000 postes supprimés

Gérald Darmanin a ainsi égrené depuis quelques jours l'annonce de coupes budgétaires touchant directement les fonctionnaires. D'abord, la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires étalée sur l'ensemble du quinquennat puis, fin juin, le gel du point d'indice des agents de la fonction publique, alors que celui-ci avait été augmenté pour la première fois depuis 2010 (de 1,2 % en deux fois, en 2016 et début 2017). Un gel que la CFDT a jugé «  choquant ».

Mais c'est la mesure annoncée jeudi dernier par le ministre qui a provoqué l'ire des syndicats. Le jour de carence pour les fonctionnaires sera rétabli en 2018. Introduit par Nicolas Sarkozy en 2012 puis supprimé par François Hollande en 2014, il consiste, en cas d'arrêt maladie, à supprimer la rémunération le premier jour d'absence. «  C'est une erreur de le réintroduire », a jugé le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, lundi sur France Inter, considérant que le gouvernement a «  multiplié les erreurs graves ». «  Pour 170 millions d'euros, je pense que ça n'en valait pas la peine », a-t-il ajouté plus tard sur LCP, en faisant référence au coût du «  micro-absentéisme » avancé par Gérald Darmanin.

A son tour, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, évoquait lundi des « annonces déséquilibrées » donnant «  l'impression que la seule variable d'ajustement, ce sont les fonctionnaires ». Un climat d'inquiétude s'installe ainsi chez les fonctionnaires induisant une atmosphère «  extrêmement anxiogène », a commenté Laurent Berger.

Mesures compensatoires

A l'issue de sa rencontre ce lundi avec les représentants syndicaux de la fonction publique, Gérald Darmanin a tenu bon et réaffirmé la mise en oeuvre de ces mesures contestées, insistant sur l'importance de «  maîtriser les dépenses publiques ». Sans doute avec l'objectif d'éteindre le feu de la contestation, le ministre a néanmoins rappelé que les fonctionnaires bénéficieraient de mesures compensatoires à la hausse de la CSG, et qu'un travail d'accompagnement des agents publics serait mis en place concernant la lutte contre l'absentéisme


 

Publié dans Information

Commenter cet article