Fiscalité : tout ce qui nous attend

Publié le par angeline351

Fiscalité : tout ce qui nous attend

Certains objectifs de campagne d'Emmanuel Macron semblent compromis par le rapport de la Cour des Comptes sur l'évolution du déficit public durant le quinquennat Hollande. Afin de limiter le déficit public à 3 % en 2017, la France devra faire des économies.

L'exonération de la taxe d'habitation reportée

Le 29 mai 2017, la Cour des Comptes a publié un rapport sur l'état du déficit public à la fin du quinquennat Hollande. Depuis cette annonce d'un dérapage de 8 milliards d'euros sous la précédente présidence, le gouvernement d'Édouard Philippe se veut prudent. D'après un article publié par nos confrères des Échos, certaines promesses fiscales faites par Emmanuel Macron durant sa campagne seront donc reportées à plus tard dans son mandat. 

À commencer par l'exonération de la taxe d'habitation pour 80 % des Français, dont la mise en oeuvre devait commencer en 2018. Cette réforme représente en effet 10 milliards d'euros en moins pour les finances étatiques. Il est vraisemblable qu'elle ne sera appliquée qu'à une petite partie des ménages en 2018, et non aux 80 % promis

 

La hausse de la CSG confirmée

Pour respecter les exigences européennes d'un déficit public inférieur à 3 % du PIB, « l'équation du budget 2018 est encore plus complexe que celle du budget 2017 », explique Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes. L'exécutif français envisage donc de suspendre le projet de réforme de l'Impôt sur les Grandes Fortunes (ISF) jusqu'à 2019. 

En revanche, la hausse de la CSG d'1,7 point est une réforme qui sera conservée et appliquée dès 2018 par le gouvernement d'Édouard Philippe. 22 milliards d'euros supplémentaires pourraient être empochés par l'État grâce à la CSG.

Publié dans Information

Commenter cet article