L’enseigne de centre-ville Eurodif se réinvente en devenant Bouchara

Publié le par angeline351

 

L’enseigne de centre-ville Eurodif se réinvente en devenant Bouchara

Devred 1902 au 47, rue de la Madeleine ; Burton of London au 148, rue de Bellain ; Eurodif au 57, rue de Bellain... Le groupe brestois Omnium (trois mille trois cents salariés) est représenté en centre-ville par ses trois enseignes. Plutôt, l’était. Burton of London jette l’éponge (lire ci-dessous). Fin juillet, «  la marque de l’élégance intemporelle  », telle que la présente la direction d’Omnium, ne sera plus présente à Douai. Eurodif (1 000 m2 sur deux étages) s’apprêterait-il à en faire autant en affichant sur sa vitrine « - 70 % dès 2 articles achetés », une offre valable à compter de la semaine prochaine ? Non, rassure Samira Godfroid-Laabarte, la directrice. «  On liquide car on va rafraîchir pour offrir un nouvel espace de vente.  » Elle poursuit : « On va élargir et monter en gamme. Le magasin va se recentrer sur les objets de déco intérieure, la lingerie, le linge de table.  » Terminé le prêt-à-porter femme et enfant. Et fin de l’enseigne Eurodif !

Tous les Eurodiff changent d’enseigne

Le mois dernier, dans un article de notre confrère Les Échos, Robert Lascar, le propriétaire de groupe Omnium, annonçait que «  les 80 magasins Eurodif dont nous sommes propriétaires changeront tous d’enseigne en octobre pour prendre celle de Bouchara. Nous laissons tomber la mode.  »

 

« Le prêt-à-porter ne fait plus notre force. »

«  Le prêt-à-porter ne fait plus notre force  », convient Samira Godfroid-Laabarte en énumérant les atouts de son magasin : seule grande enseigne de centre-ville à avoir un rayon maison, à vendre des tissus, de la mercerie… Eurodif juge plus prudent de fidéliser sa clientèle avec ses draps, ses nappes, ses serviettes éponges à la marque Bouchara que lutter à armes inégales avec Kiabi ou le mastodonte irlandais Primark (Lille aujourd’hui, bientôt Noyelles-Godault) qui proposent du prêt-à-porter à prix très très bas.

Bouchara, c’est l’enseigne ressuscitée des morts. En 2006, le groupe Omnium avait cédé dix de ses treize points de vente à Inditex, le groupe espagnol propriétaire de Zara. C’étaient alors des gouffres financiers. Ne restaient plus que deux boutiques, à Cannes et Annecy, à l’enseigne Bouchara. Le magasin de Douai, fin août, rejoindra ceux qui ont d’ores et déjà décroché l’enseigne Eurodif pour Bouchara : Nice, Saint-Étienne, Lyon, Strasbourg, Dijon…

VIngt ans de présence à Douai

Les vieux Douaisiens se souviendront qu’Eurodif a accroché son enseigne dans ce bâtiment de la rue de Bellain (propriété d’un Suisse, qui le loue aux alentours de 11 000 €/mois d’après nos informations), il y a de cela vingt ans. Auparavant, Eurodif accueillait ses clients un peu plus loin, rue de La Madeleine, à l’emplacement de l’actuel… Burton of London. Comme quoi.

Burton ferme au terme de quatorze ans de présence

À Douai, Burton of London faisait partie du paysage. «  Quatorze années de présence  », témoigne l’un des trois salariés de l’enseigne douaisienne. Au 31 juillet, plus de Burton of London (15 juillet pour la clientèle). Les aficionados sont invités à se rendre à Armentières ou à Valenciennes. Si l’enseigne quitte Douai, c’est en raison du prix du loyer : «  Entre 9 000 et 10 000 € par mois.  » Trop élevé pour dégager une rentabilité suffisante, d’autant que faute d’entrée privative pour accéder aux étages, Burton of London paie pour 3 500 m2 (le magasin, deux appartements et la cave) alors que la surface de vente n’occupe environ qu’un cinquième.

Au cœur de l’été, Burton of London sera définitivement fermé.

Burton of London est celle des trois enseignes du groupe Omnium qui dégage le plus faible chiffre d’affaires (115 millions d’euros en 2016) et celle qui emploie le moins de salariés (861 en décembre 2016).

La fermeture intervient alors même que le groupe Omnium affiche sa volonté de renforcer ses enseignes Devred 1902 et Burton of London et veut les rendre plus attractives pour faire face à la concurrence.

Eurodif, puis Burton, Bouchara…

L’histoire du groupe Omnium a commencé en 1921 avec l’ouverture de magasins de confection à partir de la ville de Brest.

L’actuel dirigeant, Robert Lascar, arrivé à la tête du groupe en 1971, l’a fait décoller… grâce à Eurodif, créé en 1980.

Six ans plus tard, le parc est de vingt-quatre magasins pour 480 salariés. En 1990, il y en a cinquante. En 1991, M. Lascar fait un gros coup en achetant la marque Burton (confection homme, femme et accessoires) et son parc de soixante-cinq magasins.

Dans la foulée, il acquiert treize magasins Printemps pour augmenter les implantations des enseignes. Puis, l’année suivante, il devient propriétaire de Bouchara et ses vingt-cinq magasins.

Enfin, en 1996, il s’empare de Devred et de son réseau de cent magasins.

Publié dans Information

Commenter cet article