Air France : le syndicat SNPL demande aux pilotes de choisir entre son projet et celui de la direction

Publié le par angeline351

Air France : le syndicat SNPL demande aux pilotes de choisir entre son projet et celui de la direction
 

Les pilotes adhérents du SNPL devront choisir entre le projet de la direction, le contre-projet du bureau du SNPL AF ou le rejet de tout accord. Un triple choix qui laisse planer le risque d’un échec de la concertation.

Les dirigeants du SNPL Air France continuent de jouer avec les nerfs de la direction et d'une partie de leurs adhérents. Appelés à se prononcer sur le projet d'accord , qui doit notamment permettre le lancement d'une nouvelle compagnie à coûts réduits, les représentants des pilotes d'Air France, réunis en conseil ce jeudi, ont finalement décidé, après plusieurs heures d'un débat houleux, de laisser trancher les pilotes adhérents du SNPL, à l'occasion d'un scrutin interne qui doit avoir lieu «dans les prochains jours».

Mais contrairement à ce qu'espérait la direction d'Air France et les partisans d'un accord, les pilotes ne devront pas se prononcer simplement pour ou contre le projet d'accord de la direction. Les adhérents du SNPL AF auront en effet le choix entre trois possibilités et deux textes : le projet de la direction ou celui du bureau du SNPL Air France, dirigé par Philippe Evain, qui apporte quelques modifications supplémentaires, la troisième possibilité étant le rejet de tout accord.

Un triple choix décrié par les partisans d'un accord

La proposition qui recueillera le plus de suffrages sera celle que le SNPL AF adoptera, même si elle n'a pas la majorité absolue. Ce qui laisse au projet de la direction une bonne chance d'aboutir puisqu'en février dernier, la majorité des pilotes d'Air France (et 62 % des adhérents du SNPL AF) appelés à se voter à titre consultatif, s'étaient prononcés en faveur du projet Boost de création d'une filiale à coûts réduits.

Cependant, une partie des représentants syndicaux auraient préféré un scrutin moins complexe, certains voyant même, dans ce triple choix proposé aux adhérents, une ultime manoeuvre du bureau Air France, réputé hostile au projet Boost, pour tenter de faire capoter tout projet d'accord. Un amendement demandant l'organisation d'un référendum pour ou contre le projet de la direction a même été déposé, sans toutefois obtenir le soutien de la majorité du conseil.

 

Deux façons de dire « non »

Les opposants à cette consultation soulignent en effet que le fait de voter en faveur du projet présenté par le bureau du SNPL AF reviendrait en fait à refuser un accord avec la direction, cette dernière ayant clairement exclu de rouvrir des négociations . Sur les trois choix soumis au vote des pilotes, deux conduiraient ainsi à une confrontation avec la direction qui n'aurait d'autre choix que de se dédire ou de poursuivre son projet sans Air France et ses pilotes. A cette crainte s'ajoute chez certains, le regret que la consultation soit réservée aux adhérents du SNPL et non pas ouverte à l'ensemble des pilotes d'Air France, comme ce fut le cas en février. Mais à l'inverse, les défenseurs de la consultation estiment que ce triple choix offre une alternative au rejet pur et simple de l'accord et « dilue le « non » à l'accord proposé par la direction », selon un membre du SNPL AF, laissant ainsi plus de chance au « oui » de l'emporter.

Un pari risqué

D'autant que jusqu'à présent, la ligne dure défendue par Philippe Evain face à la direction s'est avérée plutôt payante. Depuis deux ans, le bureau du SNPL AF a réussi à faire capoter le plan Perform version A et B d'Alexandre de Juniac et Frédéric Gagey, à obtenir la non-application du solde du précédent plan Transform 2015 et à arracher quelques concessions supplémentaires sur le projet actuel après la fin des négociations. Et naturellement son projet d'accord, dont on ne connaît pas encore les détails, a toute chance d'être plus intéressant pour les pilotes que celui de la direction.

A ceci près qu'il n'offre aucune garantie d'être appliqué. C'est donc un pari risqué que propose le SNPL AF à ses adhérents, en misant sur l'idée que si son texte l'emporte, la direction d'Air France préférera l'accepter plutôt que d'aller à l'affrontement.

 

Publié dans Information

Commenter cet article