Tati: La Foir'Fouille muscle son offre

Publié le par angeline351

Tati: La Foir'Fouille muscle son offre

 

Le consortium associant les enseignes La Foir'Fouille, Centrakor, Stokomani et Maxi Bazar, candidat à la reprise de Tati et d'autres enseignes d'Agora Distribution (groupe Eram), a renforcé ce mardi son offre, en intégrant notamment l'enseigne Dépôt Bingo, sous-traitant de Tati. Le groupe Tati compte 140 magasins et 1.754 salariés.

"Notre offre n'était peut être pas assez compétitive mais elle tenait la route (...). Nous avons pris la décision de l'améliorer car on croit en notre projet et on se bat pour la préservation de l'emploi", a déclaré Olivier Rondolotto, PDG de Centrakor et porte-parole du consortium, dans un entretien diffusé sur le portail Boursorama.

"On était sur la reprise de 88 points de vente et 1.050 (emplois, NDLR), l'offre finale évolue, mais permettez-moi de donner la primeur aux représentants des salariés (...). On devrait aller même au delà de l'offre de notre concurrent" (l'offre du fondateur de Gifi porte sur 1.300 salariés, NDLR), a-t-il poursuivi, se disant "très confiant, avec un projet solide et tenable dans la durée".

Lundi, une source proche du dossier évoquait "une nouvelle offre de ce consortium, comprenant une vingtaine de sites et une centaine d'emplois supplémentaires". Les offres de reprise peuvent encore évoluer d'ici la fin de la journée, date limite pour leur dépôt au tribunal de commerce de Bobigny, qui doit les examiner le 29 mai.

"Financièrement, on est mieux-disant, tant sur l'investissent que sur la somme mise en avant dans le cadre de la procédure et on peut envisager qu'elle sera plus proche des 20 millions d'euros que des 11 millions" précédemment avancés, a dit Olivier Rondolotto. Par ailleurs, "dans les derniers jours, un des sous traitants de Tati, Dépôt Bingo qui compte 140 salariés, nous a proposé d'entrer dans le consortium", a expliqué le porte-parole, précisant qu'il faut "y ajouter la reprise de 12 emplois au siège de Tati". La plateforme logistique, basée dans l'Oise, gère la vente en ligne de Tati.

Concernant le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), le PDG de Centrakor a affirmé que le consortium a "décidé d'abonder à la procédure pour la sauvegarde de l'emploi en doublant la somme, passant ainsi de 1 à 2 millions d'euros".

En terme de nouveaux engagements, pour les personnes qui risquent de perdre leur emploi (environ 450 personnes, ndlr), "on créé 1.000 emplois par an, avec des ouvertures de magasins Centrakor par exemple" et "on donnera la priorité à l'embauche aux salariés de Tati concernés par le PSE", a-t-il assuré.

"Pour les salariés repris, nous nous étions engagés sur un an sans PSE, aujourd'hui, nous avons décidés de nous engager à passer à 24 mois sans licenciements", a-t-il dit. Interrogé sur des licenciements éventuels par la suite, Olivier Rondolotto a répondu "ne pas envisager de réduire les effectifs dans les magasins".

Publié dans Information

Commenter cet article