Smic : le mandat de Hollande, cinq ans sans coup de pouce

Publié le par angeline351

Smic : le mandat de Hollande, cinq ans sans coup de pouce

A quatre mois de l'élection présidentielle, et juste avant les fêtes de fin d'année, le gouvernement n'a pas cédé à la tentation de donner le moindre "coup de pouce" au Smic. Au sortir d’une réunion avec la Commission nationale de négociation collective ce lundi 19 décembre, la ministre du Travail Myriam El Khomri a annoncé le strict minimum pour le salaire minimum : la simple revalorisation légale automatique. Le Smic, touché par 1,7 million de salariés du privé, augmentera ainsi de 0,93% au 1er janvier 2017, passant de 1.466 à 1.480 euros brut. En salaire net, il s'établira donc autour de 1.153 euros, en hausse de 11 euros par mois.

Une décision qui suit les recommandations du groupe d'experts chargé de conseiller le gouvernement sur ce sujet qui, pour la cinquième année consécutive, . Chaque 1er janvier, le gouvernement doit en effet revaloriser le salaire minimum en fonction de deux indicateurs économiques de l'année précédente : l’inflation, et le gain (ou non) de pouvoir d’achat. A titre de comparaison, en 2016, la hausse du Smic avait été de 0,6%. 

 

Pas de revalorisation sous Hollande

Mais les syndicats réclament chaque année que le gouvernement aille plus loin. Ce qui ne sera, en fin de compte, jamais arrivé depuis 2012 et l'élection de François Hollande, les ministres du Travail n'ayant eu de cesse chaque année de suivre les recommandations des experts. Tout au plus, en juillet 2012, le chef de l'Etat avait-il décidé d'anticiper en partie la hausse mécanique du 1er janvier 2013.  

Bilan, relevait récemment le candidat à la primaire de la gauche Benoît Hamon : "Le Smic a plus augmenté sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy que sous celui de François Hollande". Et il a raison : selon nos calculs, le Smic horaire brut a augmenté de 11,5% durant le mandat de l'ex-président de droite, contre environ 6% sous le président socialiste. Sous Nicolas Sarkozy le gain était ainsi d'environ 144 euros par salarié... mais il a été de seulement 82 euros pour Hollande. Dans les deux cas néanmoins, c'est l'inflation qui a tranché, puisqu'aucun des deux ne lui a donné de "coup de pouce".

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article