Plan social Vivarte : Quel avenir pour La Halle aux chaussures ?

Publié le par angeline351

 

Plan social Vivarte : Quel avenir pour La Halle aux chaussures ?

Le groupe Vivarte a annoncé son plan social avec la fermeture de 142 magasins et le licenciement de 494 salariés en France. Le point sur la situation à Langon.

« Le magasin de Langon ne fait pas partie de la liste des commerces qui vont fermer » assure le service presse du groupe Vivarte, qui précise donc que « Langon n’est pas concerné par le plan social annoncé il y a quinze jours ».

« 142 magasins vont fermer en France »

Une bonne nouvelle pour les quatre salariées qui travaillent actuellement à « La Halle aux chaussures » de Langon, même si cette annonce est accueillie plutôt avec prudence et surtout, une obligation de réserve imposée par leur direction: « On nous a donné pour consigne de ne pas parler aux journalistes, nous ne pouvons rien vous dire » répètent-elles.

Une crainte qui s’inscrit légitimement dans un contexte de crise: en 2015, le groupe a fermé plus de 170 magasins « La Halle » en France et supprimé 1.500 postes: Langon n’a pas été épargné puisque « La Halle enfants », qui était situé à la place du Bio C Bon actuel, a subi le même sort et a été finalement contraint de fermer ses portes.

Le nouveau plan social annoncé par le groupe Vivarte angoisse d’autant plus les salariés: « sur les 680 magasins « La Halle aux chaussures » en France, 142 vont fermer » confirme le service presse. « 494 salariés vont être licenciés et des marques du groupe risquent d’être vendues comme André ou encore Naf Naf ».

Des rumeurs courent aussi sur une intention de « fusion entre certains magasins La Halle aux chaussures et La Halle aux vêtements ». Du fait de la proximité de ces deux commerces à Langon (ils sont situés côte à côte), cette hypothèse soulève des interrogations. « À ce stade, nous ne pouvons pas indiquer si Langon sera concerné » déclare le service presse.

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article