Certains médecins refusent de soigner les plus pauvres

Publié le par angeline351

Certains médecins refusent de soigner les plus pauvres

Certains patients en grande difficulté financière bénéficient de couvertures ou d'aides dédiées, afin de bénéficier de soins à moindres frais. Problème : certains médecins ne veulent même pas les recevoir !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les associations évoquent des « refus massifs et répétitifs »

Cela fait froid dans le dos et étonne de la part de médecins dont la mission première est de soigner sans distinction ceux qui en ont besoin. Le serment d'Hippocrate, que tout médecin doit prononcer avant de pouvoir pratiquer, précise bien : « Je donnerai mes soins à l'indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire ».

Plusieurs associations d'aide aux personnes les plus fragiles, comme Médecins du Monde, la Fédération des acteurs de la solidarité (Fnars) et le collectif interassociatif sur la santé, ont saisi Jacques Toubon, le Défenseur des droits, pour l'alerter d'une situation parfaitement choquante. 

Certains médecins refuseraient des patients bénéficiant de la Couverture maladie universelle (CMU) ou de l'Aide médicale de l'état (AME). Les associations dénoncent des « refus affichés et assumés », « massifs et répétitifs ».

 

Un rejet tout à fait décomplexé

En effet, certains praticiens sont allés jusqu'à faire figurer leur refus de soigner ces personnes sur des sites Internet de rendez-vous. Ce qui est parfaitement illégal. 

Cette pratique de rejet n'est pas nouvelle, mais jamais elle n'avait été faite de manière aussi décomplexée et officielle.

Pourquoi certains médecins refusent-ils les patients couverts par la CMU ou l'AME ? Notamment parce que c'est alors à eux d'avancer les frais à la place du patient (ils seront remboursés ensuite par la Sécurité sociale, mais le délai peut s'avérer très long).

Les médecins concernés pourraient être convoqués devant l'Ordre et sanctionnés. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Information, VOS DROITS

Commenter cet article