Bangladesh (habillement). Relâchez les dirigeants syndicaux !

Publié le par angeline351

Bangladesh (habillement). Relâchez les dirigeants syndicaux !

En partenariat avec IndustriALL et UNI, les fédérations syndicales internationales championnes des droits du travail et de la sécurité dans l'industrie du vêtement au Bangladesh, suite à l'effondrement de l'usine Rana Plaza en 2013 où plus de 1 100 travailleurs ont trouvé la mort.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au moins 26 dirigeants syndicaux du secteur du vêtement sont détenus au Bangladesh dans un recul alarmant sur les droits sociaux et la démocratie du pays.
 
Les forces de l’ordre ont perpétré des raids aux domiciles des leaders syndicaux et des activistes. Craignant pour leurs vies, beaucoup d’entre eux se sont enfuis. Les bureaux syndicaux d'Ashulia, la banlieue des usines textiles de la capitale Dhaka, ont été envahis, vandalisés et fermés d’autorité, les meubles et documents d'adhésion brûlés ou confisqués.
 
Depuis une manifestation des ouvriers du vêtement en décembre pour réclamer une hausse des salaires, plus de 1 600 licenciements ont été prononcés et la police a déposé des plaintes contre 600 syndicalistes.
 
Vous pouvez contribuer à faire cesser cette répression des travailleurs de l'habillement en envoyant un message de protestation au gouvernement du Bangladesh exigeant la libération immédiate des dirigeants et militants détenus et l’abandon de toutes les accusations portées à leur encontre.
 


Vous pouvez aider ! Entrez votre nom et votre courriel et cliquez sur le bouton 'Envoi' au bas de cette page. 
 
Nom: 
 [requis]
Courriel: 
 [requis]
Syndicat/organisation: 
Votre pays : 
Entrez votre message ici ou utilisez le message existant. 

Premier ministre Sheikh Hasina

Je vous écris pour demander que votre gouvernement libère immédiatement tous les dirigeants syndicaux et militants ouvriers détenus et que toute accusation contre eux soit abandonnée. Les salaires dans l'industrie du vêtement au Bangladesh sont parmi les plus bas au monde. Il est inacceptable que la demande d'augmentation du salaire minimum soit sanctionnée par des détentions arbitraires, la suspension de la production dans 59 usines, le licenciement de plus de 1 600 travailleurs et des affaires de police contre 600 travailleurs et dirigeants syndicaux.
Les travailleurs du secteur du vêtement au Bangladesh ont le droit sans équivoque de s'organiser et doivent recevoir un salaire suffisant pour survivre. J'exhorte votre gouvernement à libérer immédiatement et inconditionnellement ces dirigeants syndicaux et militants et d’abandonner les centaines de plaintes en pénale contre des travailleurs du vêtement.

 

https://www.labourstartcampaigns.net/show_campaign.cgi?c=3316

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article