La Voix du Nord: opposition des syndicats au plan social

Publié le par angeline351

La Voix du Nord: opposition des syndicats au plan social

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marcq-en-Baroeul - La direction de La Voix du Nord a présenté mardi en comité d'entreprise le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) prévoyant la suppression d'"au maximum" 178 emplois, auquel les syndicats ont fait part de leur "opposition radicale".

"On constate que 178 suppressions de postes dans une entreprise qui dégage des bénéfices, c'est absolument énorme", a indiqué Bertrand Bussière, délégué SNJ, à l'occasion d'un point presse. "Jusqu'à présent aucune entreprise de presse dégageant des bénéfices n'a supprimé 25% de son effectif en France", a-t-il ajouté. L'entreprise emploie 710 salariés. 

Au nom de l'intersyndicale CFDT/SNJ/Filpac-CGT et SNG-CGT, Christian Furling a exprimé "l'opposition radicale" des syndicats au plan social. 

Dans un communiqué, la direction de la "VDN" indique que "ce redéploiement et cette réorganisation s'accompagneront d'un redimensionnement des effectifs de la rédaction et d'autres secteurs de l'entreprise, notamment la production, le +prémédia+, les ventes et les services administratifs". Elle prévoit une baisse de 55 postes de journalistes (et non 78 selon des informations non officielles parues la semaine dernière), sur 343. 

Pour réduire l'effectif, la direction prévoit de "solliciter des départs volontaires". 

Elle entend "retravailler les processus internes de l'entreprise, à des fins de gains en agilité, en transversalité, et de simplification des organisations". Elle veut aussi "renforcer la spécificité des contenus numériques, en bonne complémentarité avec le papier". 

Les syndicats et la direction entrent désormais dans une phase de discussions sur les modalités du plan d'une durée de trois mois. Les syndicats ont appelé le personnel à participer samedi matin à une assemblée générale à Marcq-en-Baroeul, près de Lille, siège de l'imprimerie. 

Selon la direction, "des évolutions" concernant le plan sont possibles, mais qui ne doivent pas remettre en question "les équilibres économiques que permet le plan". "Il y a une petite marge de manoeuvre mais qui semble assez faible", a commenté M. Furling concernant les suppressions de postes. 

Les syndicats ont également protesté contre le fait que l'actionnaire du titre, le groupe belge Rossel, réalise ce PSE alors qu'il a fait une offre de rachat du titre Paris-Normandie. 

La réorganisation "permettra de dégager un chiffre d'affaire supplémentaire qui pourrait permettre au groupe Rossel d'acheter d'autres titres", a dit Christian Vincent, délégué CFDT. 

"C'est un danger pour la démocratie car il risque de n'y avoir que deux ou trois groupes avec les mêmes papiers un peu partout", a-t-il ajouté, pointant la possibilité de voir à terme des articles semblables dans les différents titres du groupe Rossel (L'Union, Le Courrier picard, Nord-Eclair, Nord-Littoral...) 

Selon les chiffres de l'OJD, la diffusion de la Voix du Nord, troisième journal régional du pays derrière Ouest-France et Sud-Ouest, a chuté de 4,6% à 217.000 exemplaires entre juillet 2015 et juin 2016, dans un contexte marqué par le recul des recettes publicitaires (-5,2% pour les quotidiens régionaux lors des premiers mois 2016, données IREP/France Pub). 

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article