NANCY : GRÈVE DES TRANSPORTS EN COMMUN POUR LA SAINT-NICOLAS, DU 2 AU 6 DÉCEMBRE

Publié le par angeline351

NANCY : GRÈVE DES TRANSPORTS EN COMMUN POUR LA SAINT-NICOLAS, DU 2 AU 6 DÉCEMBRE

C’est davantage une grève de protestation que de revendication, prévue du 2 au 6 décembre, dans les transports en commun de l’agglomération nancéienne.

« On veut montrer notre mécontentement vis-à-vis du Grand Nancy, qui a supprimé 400.000 km commerciaux parcourus à l’année. La conséquence, c’est le plan social qu’on subit aujourd’hui », dénonce Areski Chayem, délégué SUD. 

Ce plan social, ou PSE, plan de sauvegarde de l’emploi, prévoit la suppression de 44 CDI, dont 11 conducteurs et 33 emplois de techniciens de maintenance. Dix autres postes ne seront par ailleurs pas remplacés, et quinze conducteurs en CDD n’ont pas été reconduits en septembre dernier.

Mais ce PSE n’est pas uniquement motivé par la décision du Grand Nancy de réorganiser l’offre de transports publics dans l’agglomération. La direction de Transdev a également déclenché ce PSE en raison « d’une situation économique déficitaire depuis 2012, avec 16,5 M€ de pertes en 4 ans ».

Le plan social prévoit en effet une refonte de l’organigramme, avec par exemple la suppression du service bâtiments. Le contenu du plan social a été adressé à la direction du Travail, qui doit rendre un avis d’ici quelques semaines.

La grève risque d’être dure !

Les représentants du personnel doivent également donner leur avis, vendredi 2 décembre, lors d’un CE extraordinaire. Mais « la direction ne nous a pas communiqué tous les documents de gestion nécessaires pour nous faire une opinion », proteste Olivier Heyd, délégué Force Ouvrière. D’où un recours devant le tribunal de grande instance de Nancy, vendredi dernier. Mais les magistrats se sont déclarés incompétents, lundi midi, renvoyant à l’avis de la direction du Travail…

La tension monte donc d’un cran chez Transdev, et la grève risque d’être dure pour la Saint-Nicolas. D’autant que les représentants syndicaux estiment que « les conducteurs sont en sous-effectifs, alors que les 11 suppressions de postes de conducteurs n’ont même pas encore été réalisées. Depuis septembre, on a des tours qui font 8 h 30, des gens qui ne sont pas remplacés, des conditions de travail qui se dégradent », proteste Didier Martins, délégué CGT.

L’intersyndicale affrétera deux bus pour aller manifester à Paris, le 6 décembre, devant le siège de Transdev. Un comité de groupe doit se tenir pour valider le PSE et le plan de départs volontaires qui va avec

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article