Le groupe FO au Cese relaye les préoccupations de l’AFOC sur le sujet de « la coproduction à l’heure du numérique »

Publié le par angeline351

Le groupe FO au Cese relaye les préoccupations de l’AFOC sur le sujet de « la coproduction à l’heure du numérique »

 

L’avis sur la coproduction, présenté au Cese par Martine Derobert, a été voté à l’unanimité et salué par le groupe FO.

Le groupe FO souhaite que ce sujet de la coproduction contribue à une prise de conscience collective sur le fait que nous sommes tous, en tant que consommateurs, des coproducteurs et met en perspectives les nombreuses questions, incertitudes – voire inquiétudes – que cet avis soulève.

Au quotidien, le consommateur fait tout pour se faciliter la vie et pour gagner du temps, mais il ne se rend pas toujours compte des méfaits qu’induit sa manière de consommer, et bien souvent ignore ou sous-estime les conséquences que cela peut avoir sur l’emploi et les entreprises françaises. Cette réflexion nous a conduits à poser les vraies questions sur les enjeux sociaux, économiques, fiscaux et environnementaux de la transition numérique, sans oublier ses effets sur le consommateur et l’emploi, dans un pays où le chômage est beaucoup trop élevé. 

Le groupe FO constate également que les citoyens ne sont pas tous au même niveau d’information et de formation dans l’utilisation des moyens technologiques. Afin d’éviter de nouvelles formes d’inégalités, il devient urgent de mettre en oeuvre une véritable lutte contre la précarité et l’illettrisme numérique. A l’heure où le numérique se diffuse dans toutes les sphères de la société, il est nécessaire d’alerter les consommateurs et consommatrices sur les défis que cela soulève, comme il est nécessaire de dire clairement que notre façon de consommer influe sur l’emploi - et parfois en détruit. 

Le groupe FO conclue que  les préconisations proposées tendent vers ces objectifs et vont dans le bon sens. Toutefois, il conviendra à terme et en son temps, d’en mesurer les résultats dans l’intérêt des citoyens et des consommateurs, des salariés et des entreprises, de l’emploi et de la croissance, de l’environnement et plus généralement de notre modèle social.

L’avis du Cese a été voté à la quasi unanimité ce qui prouve que les intérêts des consommateurs doivent constituer un axe central dans l’évolution des modes de consommation.

Publié dans COMMUNIQUE FO

Commenter cet article