Les Françaises appelées à se mettre en grève le 7 novembre à 16h34

Publié le par angeline351

Alors que les femmes gagnent 15% de moins que les hommes en France, le collectif Les Glorieuses invite les salariées à cesser le travail à cette date précise, à partir de laquelle elles travailleront «bénévolement». Une action similaire a été suivie par des milliers de femmes en Islande le 24 octobre.

«À partir du 7 novembre prochain à 16h34 (et 7 secondes), les femmes travailleront “bénévolement”.» Un constat choc que dresse le collectif Les Glorieuses dans sa newsletter hebdomadaire. S'inspirant d'une action menée en Islande la semaine dernière, il appelle les salariées françaises à s'arrêter de travailler le 7 novembre à 16h34 et 7,5 secondes précises pour protester contre les inégalités de salaires entre les hommes et les femmes en France.

Pourquoi cette date? Ce jour-là, les femmes auront travaillé le même nombre de jours ouvrés qu'un homme à salaire égal, explique le collectif, qui a basé ses calculs sur les dernières statistiques sur les salaires d'Eurostat. En France, en 2014, les femmes étaient payées 15,1% de moins que les hommes, en terme de salaire horaire brut moyen. «Les 38,2 jours ouvrés restant (sur 253 pour l'année 2016, ndlr) représentent la différence de salaire entre les femmes et les hommes.» Un calcul qui, par ailleurs, «ne prend pas en compte le recours au temps partiel: 30,4% des femmes contre 8% des hommes».

Nous appelons les femmes, les hommes, les syndicats et les organisations féministes à rejoindre le mouvement du “7 novembre 16h34” et à multiplier les événements et manifestations pour faire de l'inégalité salariale une problématique politique centrale», écrivent les organisatrices sur la page Facebook de l'évènement qui rassemble à ce jour 800 participants. L'enjeu est de taille, rappellent elles, alors que «13,795 millions de femmes font partie de la population active en France, soit 48% du total».

» Les Françaises sont les plus ambitieuses du monde

 
 

» À 14h38, les Islandaises se mettent en grève contre les inégalités salariales

L'égalité salariale dans... 170 ans!

Leur objectif: protester aussi fort qu'en Islande, où la «journée non-travaillée des femmes» («Women's Day Off») existe depuis 1975. «Lundi 24 octobre dernier, des dizaines de milliers d'Islandaises ont quitté leur lieu de travail à 14h38», rappelle le collectif. Dans la capitale du pays, Reykjavik, les grévistes ont convergé vers la place Austurvöll, à proximité du Parlement pour réclamer l'égalité des salaires ou manifester contre la discrimination et les violences faites aux femmes. «C'est un signal fort et nous nous joignons à cette protestation», saluent Les Glorieuses.

» Les femmes gagneront autant que les hommes en... 2186

Le combat pour la parité salariale risque de durer. Un récent rapport du Forum économique mondial estime en effet que si la réduction de l'écart de rémunération entre homme et femme ne s'accélère pas, il faudra attendre jusqu'en 2186 pour que les salaires des hommes et des femmes soit enfin égaux. Une fatalité à laquelle Les Glorieuses ne peuvent se résoudre: «Nous ne souhaitons pas attendre 170 ans pour atteindre cette parité.»

Publié dans Information

Commenter cet article