Les coutures de Vivarte craquent

Publié le par angeline351

Les coutures de Vivarte craquent

 

Symbole des difficultés du secteur du textile et de l’habillement, le groupe Vivarte (La Halle, André, San Marina, Caroll…), lourdement endetté, s’enfonce dans la crise. Après l’annonce de la mise en vente d’une centaine de magasins de La H alle aux chaussures , la cession de plusieurs marques (Kookaï, Chevignon et Pataugas), et la mise en œuvre de plusieurs plans sociaux, le groupe d’habillement et de chaussures voit valser ses dirigeants.

Quelques mois après son arrivée, Stéphane Maquaire, ancien PDG de Monoprix, a été débarqué. Il vient d’être remplacé par Patrick Puy, ex-PDG de Moulinex-Brandt, appelé à la rescousse par les fonds actionnaires de Vivarte – Oaktree, Babson, GLG et Alcentra – pour accélérer la restructuration. Patrick Puy est connu pour venir au chevet d’entreprises en difficulté : il a géré les cas désespérés de Smoby en 2007, Vogica en 2009, TDF en 2010, Arc en 2013. Lui-même se définit comme un spécialiste des « situations de rupture ».

Chez Vivarte dont il a rencontré les syndicats ces jours derniers, rien ne va plus. En deux ans, le géant français du textile a perdu 600 millions d’euros de chiffre d’affaires, avec une baisse de 20 % des ventes. Symbole de cette contre-performance, la Halle a enregistré un recul de 9 % sur le dernier exercice. Même La Halle aux chaussures a dérapé.

Les syndicats de Vivarte s’inquiètent d’un « démantèlement » du groupe de 17 000 salariés. Un rapprochement de La Halle et de la Halle aux chaussures doit s’assortir de la mise en place d’un plan de départs volontaires. Le syndicat Sud voit l’avenir en noir : « Vivarte et surtout nous, ses salariés, allons vivre des moments difficiles… »

Publié dans Information

Commenter cet article