Contrat unique : les Français n'y sont pas favorables

Publié le par angeline351

Contrat unique : les Français n'y sont pas favorables

Selon un sondage BVA pour le site d'emploi MediaRH, seuls 47 % des Français semblent prêts à vouloir remplacer les CDD et les CDI par un contrat unique. Explications.

 

Qu'est-ce qu'un contrat unique ?

Le Premier ministre, Manuel Valls, a souvent plaidé en faveur d'un contrat unique comme solution dans la lutte contre le chômage. L'idée serait d'en finir avec toutes les formes de CDD, en adoptant le contrat unique pour tous les salariés. Un contrat à durée indéterminée, mais qui serait plus facile à rompre que le CDI actuel. Mais que pensent les Français ce dispositif ? 

Selon un sondage BVA pour MediaRH, les Français ne semblent pas convaincus par ce dispositif. Si 65 % des salariés interrogés estiment qu'une simplification permettrait de favoriser l'emploi, ils ne sont que 47 % à vouloir remplacer les CDD et les CDI par un contrat unique « plus souple tant pour le salarié que pour l'employeur ».

 

 

 

Des assouplissements du contrat de travail

Ce qui est certain, c'est qu'il faut simplifier le code du travail : 92 % des salariés le réclament. Cela tombe plutôt bien pour les deux candidats finalistes de la primaire de la droite et du centre, qui proposent tous les deux des assouplissements du contrat de travail. Alain Juppé propose en effet un « CDI sécurisé », qui pourrait être rompu en cas de difficulté économique et François Fillon veut mettre en place un « contrat de projet », d'une durée pré-fixée, s'ajoutant aux CDI et aux CDD existants.

De son côté, Prism'emploi, l'organisme patronal du travail temporaire, a fait savoir qu'il souhaitait la fusion du CDI et du CDD, afin de donner plus de flexibilité aux entreprises. Et de proposer un « contrat à droits progressifs », avec un système d'acquisition de droits, qui permettront de négocier des acquis sociaux et des indemnités en cas de licenciement en fonction du temps passé dans l'entreprise. 

Publié dans Information

Commenter cet article