A Déville-lès-Rouen, Vallourec mobilise des entreprises normandes pour recaser ses salariés licenciés

Publié le par angeline351

A Déville-lès-Rouen, Vallourec mobilise des entreprises normandes pour recaser ses salariés licenciés

Reclassement. Engagé dans un processus de restructuration industrielle, le site dévillois cherche des solutions pour ses 160 salariés licenciés.

Le 30 novembre, un forum de l’emploi est organisé à l’usine Vallourec de Déville-lès-Rouen. Le site seinomarin du leader mondial des solutions tubulaires pour les acteurs de l’énergie (pétrole, gaz...) n’engage pas un processus de recrutement. Il invite au contraire des entreprises de la région à venir rencontrer ses salariés dont l’emploi va être supprimé dans le cadre d’un PSE (plan de sauvegarde de l’emploi).

Confronté à la crise mondiale de l’exploration pétrolière, Vallourec a décidé de réduire la voilure en Europe, et donc en France. L’usine de Déville-lès-Rouen, qui emploie encore aujourd’hui 359 personnes, n’a pas échappé au plan drastique de restructuration.

Le laminoir de la tuberie est condamné. L’usine dévilloise va se concentrer uniquement sur le traitement thermique. Avec, à l’issue du PSE, 199 salariés conservés. Au total, ce sont donc 160 personnes qui vont quitter l’entreprise de l’agglomération de Rouen. « Le guichet de départs volontaires est ouvert jusqu’au 16décembre 2016, précise Christian Jacque, le responsable des ressources humaines. Une solution a déjà été formalisée pour 57 collaborateurs qui vont bénéficier de pré-retraites ‘maison’ avec des départs échelonnés jusqu’au 1er janvier 2021, détaille Christian Jacque. Nous avons également 46 salariés qui ont trouvé une solution à l’extérieur du groupe. » Ce qui signifie qu’à ce stade de la procédure de sauvegarde de l’emploi, 60 salariés sont potentiellement des futurs demandeurs d’emploi.

Soixante salariés à recaser en Normandie

Pour éviter une inscription chez Pôle Emploi, Vallourec organise donc cette rencontre du 30 novembre entre des entreprises normandes qui recrutent dans le secteur de l’industrie et ses salariés en quête d’un nouvel emploi. Se déplaceront à Déville-lès-Rouen à la fin du mois Renault, le Grand port maritime de RouenVeolia/Sodi, Manoir IndustrieNovacel, Atlas sécuritéMetal ValueSocaps...

« Toutes ces entreprises sont proches des métiers de la métallurgie et en recherche de personnel, indique Dominique Neher, assistante de Direction. C’est donc entre 150 et 200 postes qui devraient être proposés lors de cette journée de rencontres et d’échanges. La journée commencera par une présentation des entreprises et le descriptif de leurs postes et se poursuivra avec un grand job dating. »

Les entreprises qui ont programmé des embauches au cours des mois à venir trouveront chez Vallourec des « salariés compétents » dixit Dominique Neher, avec des profils d’opérateurs machines, maintenanciers, manutentionnaires... La prochaine réunion du comité territorial de réindustrialisation qui aura lieu le 28 novembre sera l’occasion de faire un point précis sur le PSE.

Quant à l’avenir à moyen terme du site dévillois, il dépend en grande partie du marché mondial. Nommé directeur du site normand le 1er octobre dernier, Hervé Fouchet ne s’interdit pas de recourir aux 3-8. « À condition que les carnets de commandes se remplissent », indique Christian Jacque.

Dans l’immédiat, direction, partenaires sociaux et services de l’État travaillent d’arrache-pied pour éviter une casse sociale pure et dure. Ce scénario semble bien aujourd’hui écarté.

 

Publié dans Information

Commenter cet article