22 000 salariés dans les mains de vautours de la finance

Publié le par angeline351

22 000 salariés dans les mains de vautours de la finance

Vivarte est le premier groupe d'habillement français : André, San Marina, Caroll, Kookai, Naf Naf, La Halle aux chaussures etc... tout le monde connaît. Depuis 15 ans, l'entreprise est aux mains des financiers : investisseurs au départ, fonds vautours aujourd'hui. Dans l'indifférence générale.

Vivarte est le plus gros groupe d'habillement en France. Sauf rare exception, vous ne trouverez rien de Made In France dans ses enseignes, mais c'est un groupe bien français à l'origine. Plus de centenaire.

Tout a commencé à Nancy par une usine de chaussure en 1896, puis un premier magasin à Paris en 1903. Magasin André. Pendant 100 ans, ce fut d'ailleurs le nom de l'entreprise... puis au début des années 2000, tout a changé.

Fini l'actionnariat familial, fini le nom André. L'entreprise alors florissante et qui a bien grandie est rachetée par des investisseurs, rebaptisée VIVARTE, puis revendue, puis rachetée, puis encore revendue.

A chaque fois les acquéreurs auront un profil de plus en plus financier.

Depuis 2014, rien ne va plus, les PDG valsent, il y en a eu quatre en 2 ans. Le dernier, Stéphane Macquaire a été limogé par les actionnaires jeudi dernier, six mois après avoir été nommé, trois semaines après avoir présenté sa stratégie sur 5 ans.

Le nouveau PDG (photo dans le tweet ci-dessous), nommé dans la foulée, doit rencontrer les syndicats de salariés ce mercredi 2 novembre.

Vivarte est un cas emblématique du capitalisme financier poussé à son paroxysme: les administrateurs de l'entreprise sont aussi ses actionnaires....

Généralement, il y a une séparation des rôles. Les actionnaires apportent l'argent et espèrent un retour sur investissement. Ils sont représentés au conseil d'administration mais le conseil est censé voir à plus long terme dans l'intérêt du projet de l'entreprise.

Pas chez Vivarte. Le conseil d'administration est dominé par des fonds que l'on peut appeler fonds de private equity, hedge funds ou encore fonds vautours. Des fonds américains essentiellement dont les principaux impliqués dans Vivarte sont :

Si vous parlez anglais rendez vous sur les sites des ces quatre principaux actionnaires, vous ferez une incursion dans le monde de ce qu'on appelle les "fund managers", les gestionnaires de fond. Il en existe toute une variété. Ils sont un des leviers de financement des entreprises. Ce n'est pas nécessairement mauvais, c'est même un moyen de financer, notamment les entreprises de taille intermédiaire.

Les fonds qui ont investi dans Vivarte pratiquent à grande échelle le rachat de dette d'entreprise en difficulté. On les nomme vautours, car ils ont ensuite pour objectif d'en prendre le contrôle en transformant cette dette en capital, de rétablir la situation de l'entreprise, ou la liquider, récupérer leur mise (s'ils peuvent) et partir. C'est un business à part entière, on appelle ça le marché de la "distressed debt", la dette décotée.

La stratégie des fonds vautours

OakTree explique clairement sur son site cette stratégie (désolée en anglais pour le moment).

Publié dans Information

Commenter cet article