Les revendications des policiers qui manifestent chaque nuit sont les nôtres

Publié le par angeline351

Les revendications des policiers qui manifestent chaque nuit sont les nôtres

Quelque 500 policiers manifestent à Paris, mercredi 26 octobre 2016, à l'appel d'UNITÉ SGP POLICE.

 

Au lendemain des rassemblements organisés par les syndicats rattachés à la CFE-CGC et à I'Unsa (lire sur AEF) et quelques heures avant un entretien avec François Hollande, le deuxième syndicat de gardiens de la paix dit avoir réuni plus de 15 000 manifestants à l'échelle nationale.

 

"La colère des policiers [qui s'exprime par des rassemblements spontanés depuis dix jours] doit être écoutée.

 

C'est ce que nous faisons depuis un an et qui nous a amené à refuser de signer le protocole d'avriI 2016" (lire sur AEF), déclare Yves Lefebvre, secrétaire général.

 

"Si nous avions été entendus en avril, nous n'en serions pas là aujourd'hui."

 

En début d'aprés-midi, quelques centaines de policiers "en colère" se réunissent par ailleurs devant l'Assemblée nationale sans mot d'ordre syndical.

 

"Les revendications des policiers qui manifestent chaque nuit sont les nôtres", explique Yves Lefebvre lors du rassemblement parisien organisé à l’appel du syndicat UNITÉ SGP POLICE.

 

Le secrétaire général estime que "la colère des policiers ne peut et ne doit faire l’objet d’aucune récupération", justifiant ainsi l’absence de banderoles ou de drapeaux d’UNITÉ SGP POLICE dans le cortège.

 

Celui-ci a relié la place de la République à l’hôpital Saint-Louis, où est soigné le policier le plus grièvement blessé lors de l’agression de Viry-Châtillon (lire sur AEF).

 

"La représentation des syndicats est issue des urnes. Nous sommes là pour défendre uniquement les gardiens de la paix et les gradés. J’incarne, à la tête d’UNITÉ SGP POLICE, le syndicalisme des ouvriers de la police nationale", déclare Yves Lefebvre au sujet de la mise en cause des syndicats par certains manifestants depuis dix jours.

 

Interrogé sur le message qu’il adresserait à ces policiers, il déclare : "Lisez nos revendications, on se rejoint sur beaucoup de choses. Faites-nous confiance."

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article