La pilule est dure à avaler, les hospitaliers en grève le 8 novembre

Publié le par angeline351

La pilule est dure à avaler, les hospitaliers en grève le 8 novembre
 
La ministre de la Santé et des Affaires sociales, Marisol Tourraine, se vante du retour à l’équilibre du «fameux trou de la sécu ». Mais pour les personnels, « la pilule a du mal à passer ! » La ministre prévoit encore pour l’assurance maladie une économie de 4,1 milliards € et de nouveaux cadeaux au patronat d’exonérations de cotisations (600 millions €) sans contreparties.

La loi santé avec les GHT ( Groupement Hospitalier de territoire) et les GCS (groupement de coopération sanitaire), va favoriser les délocalisations, les restructurations, fusions/absorptions. La baisse des dotations de l’état aux collectivités locales (29 milliards € d’ici 2017) provoque un désengagement de ces dernières dans le secteur sanitaire. Cette politique d’austérité va accentuer les inégalités sociales, territoriales et les inégalités d’accès aux soins. 
Pour les salariés, cela est synonyme de licenciements, précarité, dénonciation des conventions collectives, perte de sens du travail, refonte des métiers… pour toujours réduire le coût du travail et tirer les salaires vers le bas.

Depuis 2010, le département de l’Isère subit les conséquences des deux lois (Hôpital Patient Santé Territoire dit HPST et la loi santé) qui ne font que dégrader le fonctionnement des hôpitaux. Elles sont uniquement basées sur une politique de réduction des dépenses publiques dictée par le pacte de responsabilité. La plus grande révolution hospitalière, depuis 1945, est la mise en place des Groupements Hospitaliers de Territoires (GHT) imposés aux établissements de santé depuis le 27 janvier 2016, par la loi de modernisation de santé dite loi Touraine.

135 groupements Hospitaliers de territoires (GHT) se substituent aux 850 établissements publics de santé. Ces regroupements hospitaliers émanent d’une directive européenne afin de réduire les coûts de santé en détruisant l’emploi hospitalier et l’offre de soins : tel est l’objectif du programme de stabilité et son plan triennal d’économies imposé aux hôpitaux.

Dans notre département, trois GHT ont vu le jour. Le Groupement Hospitalier Nord Dauphiné qui regroupe les hôpitaux de Bourgoin-Jallieu, de Pont de Beauvoisin, de la Tour du Pin et de Morestel. Le GHT Alpes Dauphiné regroupe neuf établissements de santé publique : le CHU de Grenoble, le CH de Voiron , le CH de Saint-Egrève, le CH de la Mûre, celui de Saint-Laurent-du-Pont, le centre hospitalier rhumatologique de Saint-Martin-d'Uriage, le CH de Rives,  celui de Tullins-Fures et le centre hospitalier gériatrique de Saint-Geoire-en-Valdaine. Rhône Sud Isère regroupe 6 établissements dont seulement 2 de l’Isère : le CH de Vienne et le CH de Beaurepaire.

Le constat est clair avec une accélération des mesures depuis l’été. À l'hôpital de Voiron ont déjà été annoncées les suppressions de postes, les fermetures de lits, et la délocalisation de services hypothèque l’avenir du futur hôpital attendu depuis des années. La Mure, qui aurait besoin d’un vrai projet médical, des moyens nouveaux et du personnel pour garantir un service public de qualité et l’accès aux soins est soumise à un plan d'économie. L'hôpital de Vienne voit partir le service de psychiatrie vers une clinique privée à Bourgoin. À Grenoble mais aussi à Bourgoin il y a des restructurations, des modifications de plannings, pour réaliser des gains de productivité qui dégradant la qualité des soins.

Les syndicats comme FO, dénoncent depuis le début ces lois destructrices de la protection sociale collective dont l’hôpital est partie intégrante. Ils revendiquent une égalité d’accès aux soins qui ne peut rimer avec la logique comptable et budgétaire où la qualité des soins est étrangère à ceux qui décident. Ils souhaitent le maintien de tous les services, l'arrêt des suppressions de postes et des suppressions de lits. Ils revendiquent des moyens budgétaires pour la titularisation des contractuels et de vraies négociations salariales…

C'est pourquoi les groupements départementaux FO-CGT-SUD ont décidé d’appeler à la grève et à la mobilisation de tous les salariés de la Fonction Publique Hospitalière, de la Santé Privée et de l’Action Sociale. Il y aura un rassemblement le 8 novembre devant l’ARS 38 à 10h30. Cité administrative rue Joseph Chanrion à Grenoble.

Publié dans COMMUNIQUE FO

Commenter cet article